LE TARTUFFE – THÉÂTRE DE LA PORTE SAINT-MARTIN

vz-b829b905-6383-43c5-b2c6-27d6bf20a2f5♥♥ Bien déçue par Le Tartuffe de Michel Fau, annoncé comme l’évènement de cette rentrée théâtrale ! Les papiers sont quasi tous dithyrambiques et les louanges pleuvent sur la qualité du spectacle, les partis pris de mise en scène, l’excellence de la distribution, l’interprétation au sommet du duo Bouquet/Fau, … Lire la suite

LES FOURBERIES DE SCAPIN – LA COMÉDIE-FRANÇAISE

Affiche♥♥♥♥ A Naples, deux jeunes hommes de bonne famille ont fait des leurs en l’absence de leurs pères. Octave vient d’épouser Hyacinthe sans le consentement de son père Argante, et Léandre est amoureux de Zerbinette, égyptienne de passage dans la ville. Mais les pères sont bientôt de retour avec des projets de mariage pour Octave… Les deux étourdis s’en remettent au valet de Léandre, un génial bricoleur de stratagèmes qui peut, si l’envie lui chante, les sauver : Scapin. Lire la suite

LES FEMMES SAVANTES – FESTIVAL LES TRÉTEAUX NOMADES

Affiche-WEB_BD_Tréteaux-Nomades-200x300♥♥♥♥ C’est dans le cadre du festival parisien « Les Tréteaux Nomades » que nous avons assisté à une époustouflante représentation d’une des comédies les plus connues de Molière : «Les Femmes Savantes».
Lire la suite

MONSIEUR DE POURCEAUGNAC – THÉÂTRE DES BOUFFES DU NORD

La pièce m’avait tapée dans l’œil à la lecture de la saison 2015/2016 des Bouffes du Nord en début d’année. Bonne intuition… « Monsieur de Pourceaugnac », mis en scène par Clément Hervieu-Léger – également pensionnaire au Français – est un moment de pur bonheur théâtral et musical, qui devrait rencontrer un énorme succès !

Rarement montée de nos jours, la pièce est une comédie-ballet, genre qui préfigurera l’opéra, composée par Molière et Lully en l’an de grâce 1669 pour le divertissement du roi de France Louis XIV. Elle narre les aventures d’un gentilhomme gauche et nigaud débarqué de son Limousin natal dans la capitale pour épouser la jeune et belle Julie, promise par son père mais amoureuse d’Eraste. Qu’à cela ne tienne, les deux amoureux, aidés par des gens d’intrigue, vont user de toutes les ruses – jusqu’aux plus cruels – pour déjouer le mariage et ridiculiser le brave Pourceaugnac, contraint finalement de fuir la ville…déshonoré et travesti en femme !

Soyons honnêtes – même si l’on retrouve avec plaisir les grands thèmes « molièresques » – mariages arrangés, médecins pédants et incompétents, justice corrompue – la trame narrative de « Monsieur de Pourceaugnac » n’a qu’un intérêt limité – certaines scènes frôlant même un mauvais goût certain. Mais quel spectacle ! La mise en scène de C. Hervieu-Léger, qui n’a pas lésiné sur les moyens pour monter cette « super production », est une franche réussite ! En transposant l’intrigue dans le Paris de la fin des années 50, et en s’entourant d’une véritable « troupe » (10 comédiens/chanteurs et 10 musiciens de la compagnie des Arts Florissants – sous la direction musicale de William Christie), le metteur en scène a réussi à monter une pièce réjouissante, à l’énergie collective ultra-communicative, formidablement rythmée, sans jamais la dissocier de sa dimension musicale et chantée. Même si les scènes de danse sont moins convaincantes, elles sont largement compensées par les séquences musicales fort bien interprétées par des comédiens/chanteurs d’opéra et les scènes collectives sont admirablement mises en scène. La qualité du spectacle tient également aux comédiens qui offrent un « numéro » irrésistible. Citons en particulier Gilles Privat/Monsieur de Pourceaugnac, Stéphane Facco/le médecin et Daniel San Pedro/Sbrigani qui offrent quelques séquences franchement désopilantes (travestissement de Pourceaugnac, exposé du médecin, plainte de la femme trompée, entre autres morceaux de bravoure…).

Après les Bouffes du Nord, le spectacle sera en tournée et passera par Thiré, Versailles, Boulogne-Billancourt,..Mais si le temps vous le permet, allez ou plutôt courez applaudir cette pièce d’ici le 9 juillet à Paris ! C’est vif, réjouissant, admirablement interprété et l’on sort de ce spectacle le cœur et l’esprit légers ! 

Signé Elisabeth 

MONSIEUR DE POURCEAUGNAC

Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de la Chapelle, 75010 Paris 

Du lundi au vendredi à 20h30, les samedis à 15h30 et à 20h30 | Jusqu’au 9 juillet 2016

Durée : 1h45 environ | Crédit photos : Brigitte Enguerand

MONSIEUR DE POURCEAUGNAC - Moliere et Lully - Clement Hervieu-Leger - William ChristieMONSIEUR DE POURCEAUGNAC - Moliere et Lully - Clement Hervieu-Leger - William ChristieMONSIEUR DE POURCEAUGNAC - Moliere et Lully - Clement Hervieu-Leger - William ChristieMONSIEUR DE POURCEAUGNAC - Moliere et Lully - Clement Hervieu-Leger - William ChristieMONSIEUR DE POURCEAUGNAC - Moliere et Lully - Clement Hervieu-Leger - William ChristieMONSIEUR DE POURCEAUGNAC - Moliere et Lully - Clement Hervieu-Leger - William ChristieMONSIEUR DE POURCEAUGNAC - Moliere et Lully - Clement Hervieu-Leger - William Christie

 

 

LE BOURGEOIS GENTILHOMME -THÉÂTRE MICHEL

bourgeois-affiche2-theatremichel-197x300Quand Jean-Philippe Daguerre rencontre Le Grenier de Babouchka que se racontent-ils ? Des comédies de Molière pour notre plus grand plaisir.  Après Le Malade imaginaire, L’Avare, Les Fourberies de Scapin, le Théâtre Michel accueille, du 24 janvier au 1er mai 2016, la joyeuse troupe avec Le Bourgeois Gentilhomme.

Monsieur Jourdain a entrepris de devenir Gentilhomme : toute une « comédie » !

Une adaptation très artistique et libre de Jean-Philippe Daguerre qui sait concomitamment nous rappeler l’univers de Molière et celui du XVIIe siècle : des costumes somptueux, des comédiens qui s’emparent du texte et répondent en prose et sur le bon ton à Monsieur Jourdain, une scénographie en musique et orchestrée au rythme des vers, des scènes d’épée, des danses, et des turqueries. De l’exotisme, du classicisme, mais aussi des clins d’œil à la modernité : le tailleur ressemble à s’y méprendre à Karl Lagerfeld…  Des effets originaux qui viennent renforcer le jeu des comédiens qui servent –des premiers aux seconds rôles –, avec un grand professionnalisme, le répertoire de Molière. Encore ! D’autres spectacles sont en préparation. On se tient au courant.

Signé Carole !

LE BOURGEOIS GENTILHOMME

Théâtre Michel, 38 rue des Mathurin, 75008 Paris

Jusqu’au 1er mai 2016

LE MALADE IMAGINAIRE – THÉÂTRE FONTAINE

71PDUYZTTJL._SL1412_Courte chronique destinée à toutes celles et ceux qui auraient envie de faire découvrir les grands classiques à un jeune public ! Si tel est votre projet, je vous conseille d’aller applaudir les spectacles de la compagnie Colette Roumanoff, qui a élu résidence au théâtre Fontaine dans le 9ème. Née au début des années 1990, la compagnie poursuit sans relâche un seul objectif : être au service des plus beaux textes du répertoire classique (Molière, Corneille, Racine,..) à travers une mise en scène pédagogique, accessible, ludique à destination du plus grand nombre, grands et petits. J’avais eu le plaisir de rencontrer cet hiver Valérie Roumanoff, comédienne et membre de la troupe, qui avait partagé avec moi toute l’aventure de la compagnie.

Après l’interview, le spectacle ! Je suis allée voir Le Malade Imaginaire au programme de cette saison 2014/2015. Dans la belle salle du théâtre Fontaine, au milieu d’un public familial en ce dimanche après-midi, j’ai passé un moment franchement réjouissant ! Au-delà du texte respecté à la virgule près, une mise en scène pleine de générosité, de fraîcheur et de poésie, mêlant ballets orientaux, scènes chorégraphiées ou séquences chantées. Un grand chapeau à la troupe de comédiens (qui donne plus l’impression d’une famille d’ailleurs) engagés à 100%, ultra-professionnels et qui s’en donnent à cœur joie deux heures durant. Mention spéciale personnelle à Isabelle Laffitte dans le rôle de la sémillante Toinette ! Bref, un mélange de simplicité (pas d’ego de metteur ici), de générosité qui fait honneur à cette compagnie attachante qui produit des spectacles de grande qualité. Attention, difficile à suivre pour des enfants de moins de 10 ans néanmoins.

Le point de vue d’Elisabeth 

LE MALADE IMAGINAIRE

Théâtre Fontaine, 10 rue Pierre Fontaine, 75009 Paris

Prochaines représentations : 21 mai à 14h15 et jeudi 28 mai à 14h15

Tous les spectacles de la saison 2014/2015

LE MISANTHROPE – THÉÂTRE de L’OEUVRE

misanthrope-affiche-largeAprès les facéties de Régis Mailhot, il me tardait d’aller voir LE MISANTHROPE mis en scène par Michel FAU au THÉÂTRE DE L’OEUVRE. C’est chose faite !

Le Misanthrope, c’est l’histoire d’Alceste et Célimène. Alceste haït la société des hommes, ses codes, son hypocrisie et ne rêve que de sincérité. Mais il est secrètement amoureux de Célimène, jeune coquette qui fait tourner le cœur des hommes et manie l’intrigue et l’hypocrisie à ravir. Lui n’est que noirceur et intransigeance. Elle n’est que préciosité et frivolité, emprisonnée dans les carcans de son époque. Deux âmes en souffrance qui s’aimeront, se confronteront jusqu’à la rupture et l’exil inévitable.

Michel Fau s’attaque au classique des classiques avec un parti pris scénographique et artistique qui séduira ou ne séduira pas mais ne laissera personne indifférent. « Il faut rêver le XVIIème siècle, profiter du style baroque de l’œuvre et exploiter l’alexandrin qui est le vers noble, pour mettre en lumière un monde décadent et raffiné, précieux et féroce » indique-t-il dans sa note de metteur en scène. Pari fort réussi de ce point de vue. Dès le lever du rideau, on est plongé dans une esthétique sophistiquée, saturée de couleurs, de rubans, de strass, un vrai « bling bling » Grand Siècle. Il faut noter le soin tout particulier apporté aux costumes, perruques et maquillages, tous plus superbes les uns que les autres et parfaitement sublimés par la lumière chaude et intimiste de Joël Fabing.

A ce régal des yeux s’ajoute celui des oreilles car Michel Fau aime la langue du XVIIème et le respect des 12 syllabes de l’alexandrin. Le texte est servi par un casting masculin remarquable, à commencer par Michel Fau/Alceste qui fait résonner les vers de manière résolument moderne et sait, d’un regard, d’une posture, d’un silence jouer toute la gamme d’émotions du sombre Alceste. J’ai trouvé Jean-Pierre Lorit très convaincant en sage et raisonnable Philinte (quelle voix, quelle diction !) ainsi que Roland Menou et Frédéric le Sacripan qui jouent leur partition de « petits marquis » avec beaucoup de talent, tout en préciosité et ridicule. Et puis coup de cœur personnel pour Jean-Paul Muel qui campe en Oronte un poète pédant surpoudré et surperruqué absolument irrésistible et déclenche les rires du public dès la pointe de son soulier posée sur scène. J’ai été sincèrement moins séduite par la distribution féminine. Je suis restée sur ma faim notamment pour les duels Célimène/Arsinoé, que j’attendais plus mordants et féroces.

Du bel ouvrage dans tous les cas!

Le point de vue d’Elisabeth 

 

LE MISANTHROPE, jusqu’au 9 mars 2014

Théâtre de l’Œuvre, 55 rue de Clichy (Paris 9ème)

En savoir plus

Copyright visuels MARCEL HARTMANN