LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG – THÉÂTRE DU GYMNASE

vz-cee14f50-6610-4ca5-b080-cd21d626c254♥♥♥ Si vous avez aimé Les Faux British, vous devriez passer un autre excellent moment devant « Le gros Diamant du Prince Ludwig », créé par la même équipe (mêmes auteurs, adaptateurs, metteur en scène, scénographe et costumière). Exit les vieux manoirs du XIXe siècle en Angleterre, place cette fois-ci à l’Amérique des années 50. Une bande de taulards pieds nickelés prépare le casse du siècle : le vol d’un énorme diamant d’un prince de l’Est dans la City Bank de Minneapolis. Autour d’eux des personnages pour le moins hauts en couleur : des matons pas futés, un pickpocket trop honnête, une femme fatale pas si fragile, une mère poule à la libido bien assumée, un banquier colérique et Warren Clack, le plus vieux stagiaire des États-Unis,…
Lire la suite

1914-1918 – LES TROIS DERNIERS JOURS D’UN FACTEUR POILU – THÉÂTRE du GYMNASE

min.spectacle-988Samedi 9 novembre 1918. Deux soldats sont enterrés vivants au fond d’une tranchée. Roger, facteur de son métier, est blessé à la jambe; Théodore, agriculteur illettré, est aveugle depuis qu’il s’est fait gazer. Ensemble, ils vont tenter de survivre. Ils se racontent leur existence simple mais heureuse : l’un avec Célestine et leurs trois enfants, l’autre avec Clothilde sa fiancée et les siens. Surtout, ils se confient leurs souffrances d’être éloignés d’eux depuis tant d’années comme les réalités absurdes et abjectes de la guerre : les idéologies meurtries, l’exécution des déserteurs, la censure du courrier, la mort de leurs compagnons d’armes, la faim et la misère… Quatre ans d’une vie sans humanité, est-ce vraiment vivre ?

Un huis-clos étouffant et cruel né sous la plume sobre, émouvante et d’un rare talent de Gérard Pirodeau. Il parle avec sensibilité aussi bien du cœur et des corps des hommes blessés par les guerres. Qui mieux que lui-même pouvait en faire la mise en scène ? Là encore, il fait preuve d’un savoir-faire certain, quasi parfait. Quant à l’interprétation d’Alexis Smolen et de Kevyn Diana, elle est excellente. Le public est pris aux tripes comme à la gorge pendant toute la représentation, il est avec eux dans la boue et le froid de la tranchée. Un moment de théâtre d’une qualité trop rare pour le manquer. Il ne faut pas aller, IL FAUT COURIR au Théâtre du Gymnase voir 1914-1918 – Les trois derniers jours d’un facteur poilu.

Le regard d’Isabelle

LES TROIS DERNIERS JOURS D’UN FACTEUR POILU

Théâtre du Gymnase – Marie Bell, 38 boulevard Bonne Nouvelle, 75010 Paris

Le dimanche à 18h30 et le lundi à 20h.

TON15091108

TON15091106 TON15091104 TON15091103

COLORS – THÉÂTRE du GYMNASE

vz-3b6e10c6-8866-4abc-82ba-5065e625eace

J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour les spectacles d’impro, pour en avoir pas mal « tâté » pendant mes années théâtre et connaître la difficulté de l’exercice. Ces cinq petites lettres I M P R O qui génèrent encore une petite appréhension personnelle alors que tous mes profs me l’ont rabâché pendant des années : la clé de l’impro, c’est la détente, l’écoute et l’a-mu-se-ment ! En attendant, découverte de COLORS, un must du genre, sur la scène du petit Gymnase dimanche 18 janvier.

Dès l’arrivée, les spectateurs sont invités à écrire un thème sur un petit papier, dont on imagine bien le sort qui pourra lui être jeté pendant la soirée… Après une première partie animée par les élèves de l’EFIT (Ecole Française d’Improvisation Théâtrale) qui font leurs premières armes sur scène, place au show COLORS ! Le concept qui a fait ses preuves (le spectacle entame sa huitième saison) et somme toute simple et efficace. Sur scène, cinq comédiens et comédiennes, incarnant chacun(e)une couleur, piochent à tour de rôle les thèmes proposés par le public et imaginent un début d’histoire. Deux autres comédiens font le même exercice. Au public de choisir le meilleur teasing et donc de désigner qui de Mister Yellow, Mister Purple, Miss Bordeaux, Mister Blue et Miss Ruby se lancera dans l’impro. Ainsi se succèdent une dizaine de thème du plus basique au plus loufoque. Chaque dimanche soir, la troupe COLORS accueille un « guest », qui endossera le rôle de Miss ou Mister White et participera aux impros tout au long de la soirée avec la troupe. Ainsi se sont prêtés au jeu au fil des saisons des personnalités du monde du spectacle, comme Julien Courbet, Anne Roumanoff, Amandine Bourgeois,…

COLORS, c’est une vraie réussite! Les impros, qui gagnent en qualité au fur et à mesure de la soirée, sont extrêmement bien construites, drôles, enlevées, pleines de pep’s et de créativité. Les comédiens, tous ultra bien rodés à l’exercice, s’en donnent à cœur joie. Mention spéciale à Mister Purple -« 21 années d’impro au compteur » me confiera-t-il à la fin du spectacle -et Mister Yellow qui « font le job » avec un plaisir irrésistible et une aisance assez…déconcertante ! Le public, complice du spectacle, n’est ni oublié, ni trop sollicité, bien pensé ! Et puis, coup de cœur du show: le « quicky challenge », soit un duo d’improvisation débité à toute allure aussi bien dans le texte que dans les gestes, à partir d’un thème choisi au hasard. Bluffant !

Au final, une sortie parfaite pour chasser le blues du dimanche soir. Allez-y !

Le point de vue d’Elisabeth 

 

COLORS

Théâtre du Gymnase • 38 boulevard bonne nouvelle, 75010 Paris

Tous les dimanches soirs à 20h30

Site officiel d’ESTEBAN PERROY, comédien et fondateur de COLORS

colors theÌ-aÌ‚treillusion sunshinecolors purple yellowludoteam