QUELQUE CHOSE – CINÉ XIII THÉÂTRE

vz-898cbc93-b3e3-4df6-bf2e-dbbbd381a1cb♥♥♥♥ Du  théâtre qui fait battre le coeur et retenir ses larmes. Du théâtre qui fait sourire, rire, réfléchir et insuffle une énergie formidable. Du théâtre sans artifice, ni paillettes, juste « fabriqué » avec du talent et l’envie de (re)donner espoir à des personnes qui souffrent ou ont souffert. Du théâtre en forme de leçon de vie.

Cléopâtre, Victoria, Lucy et Michèle se sont rencontrées dans un groupe de paroles car elles ont vécu le même traumatisme d’inceste. Elles décident de se retrouver un soir de fête de la musique. Elles se connaissent peu, elles sont là pour rire et danser. Mais progressivement, de fous rires libérateurs en confidences intimes, elles vont se dévoiler, partager, expulser leur souffrance, leurs blessures, la violence qu’elles ont subi  enfants pour mieux affronter leurs difficultés de vivre et d’aimer. Pour mieux se reconstruire et pour renaître. 

« Quelque chose » est un pièce lumineuse portée par une jeune compagnie de théâtre – La compagnie Aziadé – qui s’intéresse depuis 2014 à la question des femmes dans la société. Ecrite par Capucine Maillard, l’une des quatre comédiennes, à partir de témoignages réels, « Quelque chose » aborde un sujet grave avec intelligence, énergie, sensibilité, sans moyens ou presque. Juste le talent du quatuor de comédiennes et la mise en scène épurée, très visuelle et chorégraphique d’Andréa Bescond, l’inoubliable interprète des Chatouilles qui a rejoint le projet. Difficile de ne pas être totalement séduit par ce spectacle fort et vibrant qui tracera sa route j’en suis certaine.

Signé Elisabeth 

QUELQUE CHOSE 

Ciné XIII théâtre, 1 avenue Junot, 75018 Paris (Métro Abbesses ou Lamarck-Caulaincourt)

Vendredi 24 mars à 19h00; samedi 25 mars à 21h00; dimanche 26 mars à 20h00

Crédit photos : Philippe Denis 

DSC_2578DSC_2824DSC_2808DSC_2560DSC_2655DSC_2652DSC_2660

 

VOLTAIRE ROUSSEAU – THEÂTRE DE POCHE MONTPARNASSE

1398844782_photo_hd_18616♥♥♥ 1765. Rousseau rend visite à Voltaire à Ferney. Serait-il l’auteur anonyme du violent pamphlet qui circule sur sa personne ? Lors de leur affrontement, Voltaire et Rousseau s’étripent se lançant au visage leurs convictions divergentes sur l’éducation, Dieu, l’égalité, la liberté, le théâtre. Le premier est réaliste tout en restant caustique, le second est rongé par sa vision apocalyptique de la condition humaine. Son discours totalitaire sur la femme, l’éducation, la société ou le théâtre est effrayant et fait réfléchir sur le danger des extrêmes. 

Cette brillante joute oratoire imaginée par Jean-François Prévand, ponctuée d’humour et de l’esprit des Lumières, sobrement mise en scène par Jean-Luc Moreau et Jean-François Prévand, nous fait redécouvrir ce que nous devons encore aujourd’hui à leurs visions fulgurantes mais complémentaires de notre humanité. 

Quant à Jean-Paul Farré et Jean-Luc Moreau, tous deux se lancent à cœur joie dans l’arène dans ce corps à corps doctrinal. La fine et sarcastique rhétorique de Voltaire face à la candeur mélancolique écorché vive de Rousseau est un véritable régal pour tous nos sens. L’ironie face à l’utopie, beau duel. « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé » nous rappelle Voltaire.

Ce spectacle, créé en 1991, n’a rien perdu de sa verbe et de son gai savoir. Même ceux qui se sont ennuyés sur les bancs du lycée vont adorer philosophie et éloquence du verbe. ♦

Le regard d’Isabelle 

VOLTAIRE ROUSSEAU

Théâtre de Poche Montparnasse, 75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris (métro Montparnasse). 

Du mardi au samedi à 19h jusqu’au 1er juillet 2017. 

Relâches exceptionnelles les 17, 18, 19, 20 et 23 mai.

Durée : 1h15. 

voltaire-rousseau2voltaire-rousseau.1710.image.710x0voltaire-rousseau1

INTRA MUROS – THÉÂTRE 13

p83202_10200♥♥♥♥Le charme opère. Encore et toujours. Comme à chaque fois qu’Alexis Michalik nous raconte une histoires me direz-vous. Après les succès phénomènes du Porteur d’Histoire, du Cercle des Illusionnistes, d’Edmond (tous les trois toujours à l’affiche), l’auteur-metteur en scène revient au Théâtre 13 (celui-là même qui avait lancé « Porteur d’histoire » en septembre 2012) pour présenter sa nouvelle création « Intra Muros », un huis-clos contemporain dans l’univers carcéral. Avec Michalik, rien de très compliqué au fond. Installez-vous confortablement dans votre fauteuil, attendez sagement que les lumières s’éteignent, ouvrez grand les yeux et les oreilles et laissez-vous embarquer dans un récit qui vous captivera d’un bout à l’autre.

Cinq comédiens et un musicien investissent un plateau quasi nu : mur sombre en fond de scène, trois chaises et un tapis rectangulaire scotché au sol. Richard, professeur de théâtre, accompagné de son ex-épouse et d’une assistante sociale, vient donner son premier cours en maison centrale. Il espère une bonne affluence mais seuls deux détenus se présentent : Kevin, jeune rebelle et marginal (remarquable Fayçal Safi) et Ange, la cinquantaine, plutôt taiseux et énigmatique. Ce cours de théâtre conduira les protagonistes à se livrer, à remonter le fil de leurs vies jusqu’à un final aussi inattendu que formidablement émouvant. 

Encore une fois, la « mécanique » Michalik fonctionne à plein: mise en scène épurée, fluide, rythmée où chaque geste est réfléchi, chaque déplacement utile; des comédiens-caméléons capables de passer d’un personnage à l’autre le temps d’un changement de costume, des histoires à tiroirs qui se croisent et s’entrecroisent à travers les époques et les espaces. Le puzzle se dessine comme l’araignée tisse sa toile et inexorablement, on est happé.  Je prends le pari d’une salle comble tous les soirs. ♦

Signé Elisabeth 

INTRA MUROS

Théâtre 13 Jardin, 103 A boulevard Auguste-Blanqui, 75013 Paris (métro Glacière)

Du mardi au samedi à 20h00, le dimanche à 16h00

Jusqu’au 16 avril 2017

Crédit photos : Alejandro Guerrero

17097628_10154579791379403_5040048686231505325_o17212029_10154579790859403_3877985629742427933_o17192359_10154579791604403_8252952244283812904_o17159189_10154579790959403_8096636055201914485_o17039421_10154579791749403_1074665911140719970_o17211982_10154579791484403_913454129844045240_o

FEMME FEMME FEMME – THÉÂTRE TRÉVISE

17201391_1154633044645101_3044563124901955454_n♥♥ Si vous aimez le théâtre musical 100% féminin, vous n’avez que l’embarras du choix en ce moment ! Nous avions adoré les SEA GIRLS l’an dernier à la Nouvelle Ève et LES COQUETTES actuellement au Grand Point Virgule. Nous bouclons la boucle avec les DIVALALA. Leur dénominateur commun ? Des « supers nanas » qui ne se prennent pas au sérieux et conjuguent musique, humour, glamour pour des spectacles bourrés de charme et de fraîcheur.

Sur la scène du Trévise hier soir, les DIVALALA n’ont pas fait exception à la règle avec leur deuxième spectacle « Femme Femme Femme ». Ca tombe bien, elles sont trois (excellentes) chanteuses (Gabrielle Laurens, Angélique Fridblatt et Marion Lépine) à offrir un joli spectacle musical qui explore avec humour les thématiques du couple, de l’amour et de l’éternel féminin. Leur signature à elles ? Des performances a cappella (parfois accompagnés d’instruments, dirons-nous, improbables) sur des « tubes » intergénérationnels (Léo Ferré, Ophélie Winter, Patrick Bruel, Mademoiselle K, Herbert Léonard, Beyoncé,…). Les plus du spectacle ? La maîtrise technique, le talent d’interprétation (très belle version « Avec le temps ») et la créativité du trio qui nous offre au cours de leur show quelques vraies « pépites » (« Voyage voyage » de Desireless, « Le petit bonhomme en mousse » et autres  « Casser la voix »). Ca swingue, ça chaloupe,  ça balance et ça chante vraiment bien ! Deux petits bémols personnels en revanche côté mise en scène qui manque à mon sens d’un véritable lien narratif (les chansons s’enchaînent sans véritablement de fil rouge, dommage) et côté direction artistique qu’on aurait souhaité encore plus raffinée. Dans tous les cas, les Divalala jouent les prolongations au théâtre Trévise jusqu’au 24 avril et partiront à la rencontre du public d’Avignon cet été. ♦

Signé Elisabeth 

FEMME FEMME FEMME

Théâtre Trévise, 14 rue de Trévise, 75009 Paris (Métro : Cadet ou Grands Boulevards)

Tous les lundis à 19h30 jusqu’au 24 avril 2017 puis au festival d’Avignon 2017 (Théâtre du Roi René)

Crédit photos : Charlotte Spillemaecker

FEMME FEMME... photo 1 by Charlotte SPILLFEMME FEMME... photo 2 by Charlotte SPILLFEMME FEMME... photo 3 by Charlotte SPILL

REJOIGNEZ-NOUS !

Apres 3 ans d’existence et plus de 200 chroniques & interviews publiées, le blog « Coup de théâtre » recherche une troisième plume !

Vous êtes passionné(e) de théâtre ? Vous aimez écrire et partager vos émotions et critiques ? Vous êtes disponible pour aller découvrir des pièces régulièrement ?

Si cette proposition vous intéresse, écrivez-nous à coup2theatre@hotmail.com

A bientôt

Elisabeth & Isabelle