ZIGZAG – THÉÂTRE DU PETIT MONTPARNASSE

Affiche-Zig-Zag-def♥♥♥ A quoi sert le théâtre ? Qu’est ce que l’art de la mise en scène ?  Quels en sont les grands courants ? Comment donner sens à une représentation ? Si vous avez envie d’explorer les grandes questions de théâtre …au théâtre, allez applaudir ZIGZAG, un spectacle inclassable aussi surprenant que pédagogique conçu, écrit et interprété (entre autres !) par Xavier Lemaire, homme de scène  aux multiples casquettes: comédien, professeur, metteur en scène récompensé aux Molières 2015 pour la pièce « Les Coquelicots des Tranchées », et directeur de la compagnie Les Larrons.
Lire la suite

LES CHATOUILLES OU LA DANSE DE LA COLERE – THÉÂTRE DU PETIT MONTPARNASSE

affiche_les_chatouillesIl m’a fallu quelques minutes en sortant de la pièce pour reprendre mes esprits comme si j’avais reçu un KO. Car finalement « Les Chatouilles », c’est peut-être cela : une pièce coup de poing qui vous happe de la première à la dernière seconde, qui balaye tout sur son passage, qui ne lâche rien et qui vous reste gravée dans un coin de mémoire. Et pour longtemps. Sur scène, rien qu’une fille en jean-basket et une chaise. Et une histoire : celle d’Odette, une petite fille de 8 ans, victime d’abus sexuels – ces « chatouilles » comme lui expliquait Gilbert son agresseur, un ami de la famille, – jusqu’à l’âge de 12 ans. Et Odette, comme toutes les petites filles, va grandir, des rêves de danseuse plein la tête, avec cette indicible souffrance et dans l’indifférence d’une mère incapable de l’entendre et de la protéger. Elle deviendra danseuse professionnelle au fil d’un parcours chaotique, souvent violent, parfois désespéré, une lente descente aux enfers qui la fera flirter avec de mauvaises rencontres et plonger un temps dans l’alcool et la drogue. Mais la danse, « cette danse pour dire l’indicible », lui permettra de surmonter ses démons et de se reconstruire.

La comédienne/danseuse Andréa Bescond porte ce spectacle avec un talent et une énergie exceptionnels, alternant théâtre et séquences de danse (ballet, hip hop, rap, comédies musicales) pour dérouler le fil de ce que l’on peut supposer être sa vie. Glissant d’un personnage à un autre (elle interprète à la fois sa mère, sa professeur de danse, son agresseur jusqu’au grand Rudolf Noureev, entre autres) avec une aisance magnétique, elle nous attrappe, nous fait sourire, rire, fondre, craquer, pleurer. C’est profondément juste, sensible et de surcroît fort bien mis en scène (signé Eric Métayer).

Rien à ajouter, c’est le spectacle qu’il faut aller applaudir en ce moment et qui, j’en suis sûre, rencontrera son public. 

Le point de vue d’Elisabeth

LES CHATOUILLES ou la danse de la colère

Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Du mardi au samedi à 21h, le samedi à 16h30

Jusqu’au 26 mars 2016

Crédit photo : Karine Letellier

scene01scene03scene04scene05

 

UN TANGO EN BORD DE MER – THÉÂTRE du PETIT MONTPARNASSE

radiotrenet20x30La houle ralentit, les vagues déferlent sur le rivage et semblent terminer leur course, quand au bar d’un hôtel, Stéphane (Jean-Pierre Bouvier) et Vincent (Frédéric Nyssen), anciens amants, se retrouvent après des années de séparation. Le personnel de l’hôtel a deserté, il est très tard. L’eau à la bouche… Vincent, jeune, beau, le corps ondulant, insolent, se glisse derrière le comptoir et n’hésite pas à les servir :

-Un Martini blanc ?

Silence. Vincent, un écrivain à la quarantaine bien passée, élégant dans son costume qui cache un corps un peu bedonnant, le scrute.

Tu te rappelles de cela ?

Oui, et de deux ou trois autres trucs.

Premiers regards croisés… déjà ivres d’exaltation. Subtilité des corps et des âmes qui se tiennent à distance par pudeur, par peur, par orgueil.

À quoi buvons-nous ?

Stéphane, enfoncé dans un fauteuil de cuir, à l’autre bout de la pièce, prend la mesure et tente de se rassurer sur l’effet qu’il produit sur Vincent.

Caché derrière le bar qu’il ne décide pas à quitter, Vincent ouvre la danse 

À nos amours, pourquoi pas ? 

Le tempo est donné. À la mesure de la passion, ils examineront leur passé, reviendront sur leur rupture, s’essouffleront dans leurs mensonges, balanceront entre provocations, révélations et aveux pour, dans un mouvement, tanguer vers l’amour. Un pas en avant, deux pas en arrière… y parviendront-ils ?

Solidement interprétés par deux comédiens très « justes », ce texte intense et sensible sur la passion, de Philippe Besson, résonne plus vrai que nature. Côté scénographie, de jolies trouvailles avec notamment un astucieux jeu de lumières mettant en relief les monologues intérieurs et donnant une belle intensité à la pièce. 

Signé Carole !

 

UN TANGO EN BORD DE MER

31 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Du mardi au samedi à 19h

Dimanche à 15h30

Crédit photos : Véronique Vercheval 

scene30scene03scene27scene08

LES VAISSEAUX DU CŒUR – THÉÂTRE du PETIT MONTPARNASSE

Les-Vaisseaux-du-coeur-afficheC’est l’histoire vraie d’un amour pas comme les autres. Elle, George, une intellectuelle parisienne. Lui, Govain, un marin breton. Rien ne les prédestinait à se rencontrer, encore moins à s’aimer. Pourtant LES VAISSEAUX DU COEUR raconte cette passion là : leur rencontre à 18 ans, la révélation d’un désir charnel puissant, la naissance d’un amour véritable, les séparations temporaires (chacun se mariera et mènera sa vie de son côté), les retrouvailles toujours plus belles et plus intenses, des marchés africains aux plages seychelloises jusqu’aux littorals bretons pendant près de 30 ans. L’attirance qu’on croyait simplement physique laissera place au fil des décennies à un amour véritable, fort, fusionnel et aura raison des différences sociales, des distances lointaines, du temps qui passe. « Tu l’écriras, notre histoire ? » demanda un jour Govain à George. Elle a dit « non », et elle l’a écrite.

La pièce est l’adaptation d’un roman autobiographique de Benoîte Groult publié en 1988. Le livre marqua à l’époque les esprits par la crudité des mots pour évoquer l’amour physique. La comédienne Josiane Pinson, qui interprète le rôle de George, signe ici l’adaptation de la pièce . « J’ai lu Les Vaisseaux du coeur pour la première fois il y a quelques vingt cinq ans et le roman ne m’a plus quittée depuis ».   

Pour évoquer cette histoire d’amour hors du commun, le metteur en scène Jean-Luc Tardieu a fait le choix d’un plateau dépouillé, blanc, aérien qui permet au spectateur de ne pas se disperser et de s’attacher au texte, rien qu’au texte. Le récit alterne moments de narration et moments d’actions, joliment illustrés par des lumières douces et des transitions sonores fluides. Sur scène, le duo Josiane Pinson/Serge Riaboukine fonctionne à merveille. Les deux comédiens, tout en complicité, incarnent, avec le même talent, toutes les facettes des émotions amoureuses : la puissance du désir, la tristesse des départs, la nostalgie des souvenirs heureux, la joie des retrouvailles. Au-delà de la qualité d’interprétation, le texte est l’une des grandes forces du spectacle : superbement écrit, drôle, émouvant et parfois (très) cru !  George appelle un chat un chat, ce qui crée d’ailleurs un contraste charmant avec l’élégance et le timbre suave de Josiane Pinson.

Le point de vue d’Elisabeth 

THÉÂTRE DU PETIT MONTPARNASSE 

DERNIÈRE MINUTE : Prolongations jusqu’à fin mai 2014 !

31 rue de la Gaité, 75014 Paris

Du mardi au samedi à 19h

Le dimanche à 17h

900409006

 

 UO2B1057-2UO2B0985-2