QUELQUE CHOSE – CINÉ XIII THÉÂTRE

vz-898cbc93-b3e3-4df6-bf2e-dbbbd381a1cb♥♥♥♥ Du  théâtre qui fait battre le coeur et retenir ses larmes. Du théâtre qui fait sourire, rire, réfléchir et insuffle une énergie formidable. Du théâtre sans artifice, ni paillettes, juste « fabriqué » avec du talent et l’envie de (re)donner espoir à des personnes qui souffrent ou ont souffert. Du théâtre en forme de leçon de vie.

Cléopâtre, Victoria, Lucy et Michèle se sont rencontrées dans un groupe de paroles car elles ont vécu le même traumatisme d’inceste. Elles décident de se retrouver un soir de fête de la musique. Elles se connaissent peu, elles sont là pour rire et danser. Mais progressivement, de fous rires libérateurs en confidences intimes, elles vont se dévoiler, partager, expulser leur souffrance, leurs blessures, la violence qu’elles ont subi  enfants pour mieux affronter leurs difficultés de vivre et d’aimer. Pour mieux se reconstruire et pour renaître. 

« Quelque chose » est un pièce lumineuse portée par une jeune compagnie de théâtre – La compagnie Aziadé – qui s’intéresse depuis 2014 à la question des femmes dans la société. Ecrite par Capucine Maillard, l’une des quatre comédiennes, à partir de témoignages réels, « Quelque chose » aborde un sujet grave avec intelligence, énergie, sensibilité, sans moyens ou presque. Juste le talent du quatuor de comédiennes et la mise en scène épurée, très visuelle et chorégraphique d’Andréa Bescond, l’inoubliable interprète des Chatouilles qui a rejoint le projet. Difficile de ne pas être totalement séduit par ce spectacle fort et vibrant qui tracera sa route j’en suis certaine. ♦

Signé Elisabeth 

QUELQUE CHOSE 

Ciné XIII théâtre, 1 avenue Junot, 75018 Paris (Métro Abbesses ou Lamarck-Caulaincourt)

Vendredi 24 mars à 19h00; samedi 25 mars à 21h00; dimanche 26 mars à 20h00

Crédit photos : Philippe Denis 

DSC_2578DSC_2824DSC_2808DSC_2560DSC_2655DSC_2652DSC_2660

 

LES CHATOUILLES OU LA DANSE DE LA COLERE – THÉÂTRE DU PETIT MONTPARNASSE

affiche_les_chatouillesIl m’a fallu quelques minutes en sortant de la pièce pour reprendre mes esprits comme si j’avais reçu un KO. Car finalement « Les Chatouilles », c’est peut-être cela : une pièce coup de poing qui vous happe de la première à la dernière seconde, qui balaye tout sur son passage, qui ne lâche rien et qui vous reste gravée dans un coin de mémoire. Et pour longtemps. Sur scène, rien qu’une fille en jean-basket et une chaise. Et une histoire : celle d’Odette, une petite fille de 8 ans, victime d’abus sexuels – ces « chatouilles » comme lui expliquait Gilbert son agresseur, un ami de la famille, – jusqu’à l’âge de 12 ans. Et Odette, comme toutes les petites filles, va grandir, des rêves de danseuse plein la tête, avec cette indicible souffrance et dans l’indifférence d’une mère incapable de l’entendre et de la protéger. Elle deviendra danseuse professionnelle au fil d’un parcours chaotique, souvent violent, parfois désespéré, une lente descente aux enfers qui la fera flirter avec de mauvaises rencontres et plonger un temps dans l’alcool et la drogue. Mais la danse, « cette danse pour dire l’indicible », lui permettra de surmonter ses démons et de se reconstruire.

La comédienne/danseuse Andréa Bescond porte ce spectacle avec un talent et une énergie exceptionnels, alternant théâtre et séquences de danse (ballet, hip hop, rap, comédies musicales) pour dérouler le fil de ce que l’on peut supposer être sa vie. Glissant d’un personnage à un autre (elle interprète à la fois sa mère, sa professeur de danse, son agresseur jusqu’au grand Rudolf Noureev, entre autres) avec une aisance magnétique, elle nous attrappe, nous fait sourire, rire, fondre, craquer, pleurer. C’est profondément juste, sensible et de surcroît fort bien mis en scène (signé Eric Métayer).

Rien à ajouter, c’est le spectacle qu’il faut aller applaudir en ce moment et qui, j’en suis sûre, rencontrera son public. 

Le point de vue d’Elisabeth

LES CHATOUILLES ou la danse de la colère

Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Du mardi au samedi à 21h, le samedi à 16h30

Jusqu’au 26 mars 2016

Crédit photo : Karine Letellier

scene01scene03scene04scene05