UNE FOLIE – THÉÂTRE RIVE GAUCHE

UNE FOLIE (Th+®+ótre Rive Gauche-Paris 14+¿me) - visuel d+®finitifLe docteur Flache, célèbre psychiatre, s’apprête à quitter Paris pour prendre sa retraite dans le midi, laissant ses patients, son joli petit pavillon du XVIIIe (une folie !) et son infirmière… Mais voilà que Jean-Louis, puis sa compagne Missia, débarquent dans son cabinet. L’un après l’autre, ils demandent au docteur d’examiner leur moitié qu’ils croient devenue folle. Ce dernier les enverrait bien au diable, mais la femme est plutôt charmante… et le divorce est encore un sujet bien délicat en 1934.

En 1938, Sacha Guitry crée « Un monde fou ». Il reprendra son texte en 1951 et le rebaptisera « Une folie » pour l’offrir au Théâtre des Variétés. C’est la seconde version de cette comédie qui nous est offerte au Théâtre Rive-Gauche dans une mise en scène sobre et épurée de Francis Huster.

Les répliques d’un Guitry très inspiré, sont toutes acérées avec finesse, pertinentes et impertinentes. Elles font le plus souvent mouche, qu’elles ciblent le mariage ou le divorce, même si on peut regretter quelques longueurs dans le texte. Néanmoins, Lola Dewaere, Manuel Gélin, Alice Carel comme Marianne Giraud et Mathilde Hennekine (toutes deux en alternance) s’en délectent, le savourent et le servent avec délice, talent et humour. Quant à Olivier Lejeune, son interprétation est époustouflante de ressemblance à celle que Sacha Guitry a dû endosser dans son temps. Peut être, d’un peu trop prêt. Il en est de même pour le jeu des comédiens calqué sur celui du théâtre d’avant-guerre.

Mais toute la troupe baigne dans une douce folie par cette farce coquine et délirante. Au tomber de rideau, les applaudissements du public fusent. La vie conjugale vue par Sacha Guitry est toujours aussi pertinente. Un petit bonheur de théâtre à partager en couple ou en cours d’union… avant divorce.

Le regard d’Isabelle 

UNE FOLIE 

THEÂTRE RIVE-GAUCHE,  6, rue de la Gaîté – 75014 Paris

Métro : Edgar Quinet ou Gaîté

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h30.

Crédit photos : Fabienne Rappeneau 

UNE FOLIE (Théâtre Rive Gauche-Paris14ème) crédit F. RAPPENEAU - 19 - HD - tous droits cédés

UNE FOLIE (Théâtre Rive Gauche-Paris14ème) crédit F. RAPPENEAU - 08 - HD - tous droits cédés

UNE FOLIE (Théâtre Rive Gauche-Paris14ème) crédit F. RAPPENEAU - 16 - HD - tous droits cédés

 

DES PLACES DE THÉÂTRE À GAGNER SUR LE BLOG !

Nous avons le plaisir de vos faire gagner 4 x 2 places pour la pièce UNE FOLIE, une comédie de Sacha Guitry, mise en scène par Francis Huster, avec entre autres Olivier Lejeune, Lola Dewaere et Manuel Gélin, et qui sera à l’affiche du théâtre Rive Gauche à partir du 2 juin prochain.

Les places sont valables tous les soirs de représentation (à l’exception du samedi soir) du 2 juin au 2 juillet inclus. 

Envie de participer ? Très simple !

Il vous suffit d’adresser dès maintenenant votre prénom, nom et la date de votre venue à l’adresse coup2theatre@hotmail.com

les 4 premiers participants remporteront les places.

Bonne chance et d’ici là, quelques informations sur la pièce : 

Le pitch : Le docteur Flache, célèbre psychiatre, est sur le point de quitter Paris pour prendre sa retraite dans le midi, laissant ses patients, son joli petit pavillon du XVIIIème et son infirmière… Mais c’est sans compter sur l’irruption soudaine de Jean-Louis, puis de la charmante Missia dans son bureau : chacun lui demandant d’examiner son conjoint, qu’il croit devenu fou…

Elisabeth & Isabelle 

Crédit photo : Christine Renaudie 

 

THÉÂTRE RIVE GAUCHE – SAISON 2015/2016

JSZaWdzfLe Théâtre Rive Gauche, un théâtre de création où il fait bon travailler : Francis Huster, Clémentine Célarié, Judith Magre, Loris Freeman et Samuel Nibaudeau, Olivier Barrot étaient réunis pour nous le dire, le lundi 29 juin dernier. Pas de texte appris pour cette fois, chacun s’est exprimé dans sa spontanéité avec ses mots.

Bruno Metzer, directeur associé du Théâtre Rive Gauche, ouvre la soirée en maître de cérémonie. À ses côtés, Éric-Emmanuel Schmitt (écrivain et dramaturge) avec lequel il partage la direction du théâtre et Steve Suissa (le metteur en scène). Tour à tour, ils témoigneront leur passion pour le théâtre d’auteurs et présenteront la rentrée théâtrale 2015-2016. Une programmation variée.

Francis Huster, assis au premier rang, se lève de son fauteuil où joyeusement il échangeait avec « ses camarades de classe » et monte sur scène. Il rappelle son attachement à la grande famille du Théâtre Rive Gauche et aux valeurs qu’il incarne. Il est heureux, paraît même épanoui, d’avoir pu faire vivre durant un an le texte fort de Stefan Zweig dans Le Joueur d’échecs : la dernière représentation a eu lieu ce 29 août  2015. (voir notre chronique du 21 mai)

Perchée sur ses talons et en jean, Clémentine, avec son éternel entrain, monte sur la scène entourée de Loris Freeman et Samuel Nibaudeau pour 24 Heures dans la vie d’une femme, un texte également de Stefan Zweig – un cycle lui est consacré. Prolongation pour Clémentine qui sera à l’affiche jusqu’au 29 novembre inclus pour incarner cette jolie veuve aristocrate à l’aube d’une passion impétueuse. (voir notre chronique du 21 avril)

C’est sans surprise qu’Éric-Emmanuel Schmitt présente lui-même Oscar et la Dame Rose qu’il avait déjà porté sur le grand écran avec Michèle Laroque et Amira Casar en 2009. Un rôle qu’il a choisi de confier aujourd’hui sur les planches à Judith Magre (à partir du 23 septembre 2015). (chronique à venir)

Sont annoncées aussi par Éric-Emmanuel Schmitt les matinées scolaires avec Monsieur Ibrahim et Les Fleurs du Coran, mis en scène par Pascal Faber.

Place à Olivier Barrot, qui avec un talent d’orateur, captive déjà la salle et expose ses neuf conférences-spectacles mensuelles autour de La Grande Histoire du music-hall français, qui débuteront le 18 octobre 2015, les dimanches à 17 h. Pour ne citer que deux thèmes : les duos comiques, les années folles. Le blog Coup de Théâtre s’y rendra.

Trois concerts exceptionnels de l’atelier lyrique Opera Fueco sont également prévus, les lundis 19 octobre, 23 novembre et 1er février. Il s’agit de trois soirées thématiques dirigées et animées par les analyses de David Stern.

De quoi se réjouir tout au long de l’année !

Signé Carole !

THÉÂTRE RIVE GAUCHE

6 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Crédit photos : ONIRIK

11026323_1095018070528062_6057070143489185549_n11693819_1095018153861387_6609971579579096163_n11709588_1095018117194724_6624967884181289915_n11240486_1095017953861407_5568905657368366348_n11698413_1095018237194712_4644385962386341003_n11540927_1095018033861399_7370266411631109052_n11403071_1095017947194741_7007518931462184231_n

 

AVANTI ! – THÉÂTRE des BOUFFES PARISIENS

40x60_avanti_v9_siteÀ Rome, Georges, un businessman américain puritain, et Alison, une jolie comédienne anglaise, se lancent sur les traces de leurs parents décédés dans un accident de voiture. De réseaux internet bloqués en bureaux aux horaires décalés, de cercueils volés en chapelles napolitaines, les héros auront bien du mal à retrouver leurs chers disparus…

On ne peut que souligner la performance de Thierry Lopez, absolument excellent dans son rôle de Ludion Italien, pétillant de malice et de charisme au point de porter ombrage au couple Francis Huster / Ingrid Chauvin, excellents acteurs au demeurant. Erreur de casting ou mise en scène de Steve Suissa trop élégante dans un décor somptueux au risque pour le couple de se sentir quelque peu étriqué ?

A cette comédie romantique sans surprise (dommage !), le public vibre avec les vicissitudes des personnages, apprécie le moindre quiproquo et savoure les rebondissements.

« Avanti ! » pourrait être comparé à un bon tiramisu dégusté avec gourmandise mais auquel il  manquerait un peu de saveur.

Le regard d’Isabelle 

AVANTI !

Théâtre des Bouffes Parisiens, 4 rue Monsigny, 75002 Paris 

Du 17 septembre 2015 au 03 janvier 2016. 

Du mercredi au samedi à 21h, matinées le samedi à 16h et dimanche à 15h.

Représentations supplémentaires certains mardis à partir du 10 novembre 2015.

Relâches exceptionnelles : le mercredi 4/11, le 25 décembre et le 1er janvier 2016. Attention : le mercredi 11 novembre uniquement à 17h !

LE JOUEUR D’ÉCHECS – THÉÂTRE RIVE GAUCHE

vz-bf92a559-25c2-4e20-8602-48dbd37a56acSalle comble comme à chaque représentation. Buenos Aires, Buenos Aires… embarquement immédiat. La sirène du paquebot retentit et sonne le départ  de la représentation du Joueur d’échecs, de Stefan Zweig, et mis en scène par Steve Suissa.Très vite, sur le pont, Francis Huster habillé d’une gabardine beige apparaît, et sans plus attendre, va nous livrer avec son talent si singulier le récit d’une partie d’échecs aux allures particulières et pour laquelle il incarnera tous les personnages.

Mirko Czentovicn, champion du monde des échecs, est monté à bord. Les photographes mitraillent. Informés de sa présence, les passagers se bousculent. Certains rêvent de disputer une partie avec lui et iront jusqu’à l’amadouer en le rétribuant financièrement. Mirko Czentovicn accepte et joue et rejoue à l’ennui quand « M. B. » intervient, volant au secours du « narrateur » et d’un bourgeois fortuné, perdus tous deux dans le déplacement de leurs pions. Ouverture : 1. e4 c6 ; 2. c4 d5 … une partie finira par s’engager entre l’arrogant Czentovicn et ce mystérieux passager autrichien qui s’affronteront devant une assemblée médusée et contre toute attente. Au-delà du langage des échecs, c’est celui de la psychologie humaine dans une Europe livrée aux nazis qui est étudiée, analysée sur le jeu de l’échiquier de la vie. Au fil de la partie, le « narrateur » décrypte pourquoi tel un cavalier cloué sur sa case par un fou, « M. B. » se sent attaqué, capturé jusqu’à ne pouvoir se déloger d’un passé. Échec à la vie… 

Pour que ce texte ne soit pas perdu dans les flots de l’Histoire, Francis Huster se donne et nous souffle avec subtilité et finesse ce merveilleux texte de Stefan Zweig, alors que détruit psychologiquement par la guerre – il se suicidera –, il livrait combat pour une conception européenne de la civilisation et contre la barbarie.  

Troisième vague d’applaudissements… Francis Huster ressurgit des coulisses, se pose dans un silence de deux secondes, frotte son front de son index et là, un tantinet incommodé par une émotion qu’il masque mal derrière des mots qu’il maîtrise habituellement si parfaitement, indique s’adresser aux jeunes. Concentré sur sa pensée, son émotion en reste néanmoins palpable… en direction de toute la salle, il invite à relire ou découvrir les textes de Stefan Zweig mais aussi d’autres relatifs à la Seconde Guerre mondiale. Enfin, il se lâche et exprime avec indignation la raison pour laquelle il se tient encore devant nous. Non Staline n’est pas un grand homme comme l’aurait déclaré, ces derniers jours, lors d’une visite officielle, le président russe Poutine à la chancelière allemande Angela Merkel. 

Pour que la barbarie puisse être échec et mat…

 LE JOUEUR D’ÉCHECS 

Théâtre Rive Gauche, 6 rue de la Gaîté, 75014 Paris 

Jusqu’au 29 août 2015

Crédit photos : Fabienne Rappeneau

vz-83549468-b438-4e1e-8d07-e2591fe70ef6vz-c8068720-9da3-42db-baab-d26c08fad468vz-17893c69-947a-40bd-9e1d-d17d150f17f6vz-952cc54b-6a81-4e52-a7ac-0a0d5cb1fcd3