LE CID – THÉÂTRE DU RANELAGH

le-cid♥♥♥♥ Une pluie de louanges pour un magnifique moment de théâtre ! Fidèle à la qualité de ses précédents spectacles, la compagnie Le Grenier de Babouchka, sous la houlette du metteur en scène Jean-Philippe Daguerre, offre une superbe adaptation du Cid, actuellement à l’affiche du théâtre du Ranelagh.

Faisant fi du mythe littéraire, le metteur en scène parvient, grâce à un mise en scène rigoureuse (non sans s’interdire quelques impertinences !) et à une très bonne direction d’acteurs, à nous faire ré-entendre les vers célébrissimes de Corneille et nous rendre ce chef d’œuvre du répertoire proche, accessible, presque intime. Sur le plateau, rien que du très bon, à commencer par les comédiens, tous unanimement excellents, complètement engagés, généreux, ardents, maniant l’alexandrin avec une parfaite aisance (mention spéciale à Stéphane Dauch/Don Gomès, Yves Roux/Don Diègue et Charlotte Matzneff très convaincante dans le rôle de l’Infante). Toute la troupe, également bien mise en valeur par un élégant jeu de lumières et de beaux costumes sang et or signés Virginie Houdinière, s’exprime pleinement dans une mise en scène pure, virevoltante, énergique, mêlant combats de capes et d’épée et intermèdes musicaux « hispanisants » interprétés sur scène par Petr Ruzicka (violon, alto, cajon) et Antonio Matias (guitare, accordéon, cajon).

C’est dense, fougueux, esthétique, en un mot, du bel ouvrage ! Même si vous n’êtes pas « versé » pièce du répertoire, vous succomberez au charme et à l’élégance de cette mise en scène. Du théâtre avec un grand T à applaudir…doublement d’ailleurs, car  la troupe reprend  son superbe Cyrano de Bergerac  à partir du 20 octobre au même théâtre du Ranelagh. Faites le plein de classiques en ce début d’automne !

Signé Elisabeth 

LE CID

Théâtre du Ranelagh, 5 rue des Vignes, 75016 Paris (Métro La Muette, Passy)

Du mercredi au samedi à 20h45, les dimanches à 17h

Les samedis 17, 24 septembre et 1er octobre à 16h30 puis les samedis à 15h à partir du 8 octobre

Relâches les 7 octobre, 2, 24 et 25 décembre, 1er janvier 2017

Durée : 1h40

Crédit photos : Jérémy Circus

4n0a69064n0a6601

 

LE BOURGEOIS GENTILHOMME -THÉÂTRE MICHEL

bourgeois-affiche2-theatremichel-197x300Quand Jean-Philippe Daguerre rencontre Le Grenier de Babouchka que se racontent-ils ? Des comédies de Molière pour notre plus grand plaisir.  Après Le Malade imaginaire, L’Avare, Les Fourberies de Scapin, le Théâtre Michel accueille, du 24 janvier au 1er mai 2016, la joyeuse troupe avec Le Bourgeois Gentilhomme.

Monsieur Jourdain a entrepris de devenir Gentilhomme : toute une « comédie » !

Une adaptation très artistique et libre de Jean-Philippe Daguerre qui sait concomitamment nous rappeler l’univers de Molière et celui du XVIIe siècle : des costumes somptueux, des comédiens qui s’emparent du texte et répondent en prose et sur le bon ton à Monsieur Jourdain, une scénographie en musique et orchestrée au rythme des vers, des scènes d’épée, des danses, et des turqueries. De l’exotisme, du classicisme, mais aussi des clins d’œil à la modernité : le tailleur ressemble à s’y méprendre à Karl Lagerfeld…  Des effets originaux qui viennent renforcer le jeu des comédiens qui servent –des premiers aux seconds rôles –, avec un grand professionnalisme, le répertoire de Molière. Encore ! D’autres spectacles sont en préparation. On se tient au courant.

Signé Carole !

LE BOURGEOIS GENTILHOMME

Théâtre Michel, 38 rue des Mathurin, 75008 Paris

Jusqu’au 1er mai 2016

LES FOURBERIES DE SCAPIN – THÉÂTRE MICHEL

affiche-scapin-theatre-michelJ’avais découvert la compagnie Le Grenier de Babouchka cet automne lors d’une excellente adaptation de Cyrano au théâtre Le Ranelagh  (la pièce joue d’ailleurs les prolongations jusqu’au 30 avril 2016, succès amplement mérité !). Née en 2003, la compagnie est spécialisée dans l’adaptation des « grands classiques » et fête cette année sa cinquième saison de résidence au Théâtre Michel. Sa signature ? Revisiter les grands textes du répertoire à travers des mises en scène -de Jean-Philippe Daguerre -pleines de fougue, de tonicité, et de créativité, mêlant tous les arts (combats, chants, danse et musique !) et faisant la part belle aux comédiens. Ici, ni modernisme gratuit, ni démagogie, ni décor sophistiqué, juste l’envie de proposer un bon et beau théâtre, populaire, solide et accessible aux enfants dès 7/8 ans. 

J’ai passé de nouveau un excellent moment devant les facéties du jeune et rusé Scapin, en proie à régler les intrigues amoureuses de ses maîtres ! Une mise en scène vive, éclairante et je dois dire, formidablement « portée » par l’interprétation d’un comédien étonnant et d’une grande aisance : Kamel Isker, qui offre, d’un bout à l’autre de la pièce, une prestation magistrale dans le rôle titre: une vraie présence scénique, un engagement physique total, un texte parfaitement approprié et retranscrit, aussi à l’aise dans les scènes de bastonnade que dans les moments d’intimité et d’émotions. Bravo à lui ainsi qu’à l’ensemble des comédiens.

Bref, du bel ouvrage ! Et en cette période de vacances de Noël, un spectacle à conseiller chaudement à celles et ceux qui veulent faire découvrir le théâtre classique aux plus jeunes. 

Le point de vue d’Elisabeth 

LES FOURBERIES DE SCAPIN

Théâtre Michel, 38 rue des Mathurins, 75008 Paris

Selon les jours 10h00, 10h15, 14h15, 16h00

Jusqu’au 7 mai 2016

Site web Le grenier de Babouchka : http://www.legrenier.asso.fr/

CYRANO DE BERGERAC – THÉÂTRE LE RANELAGH

cyrano_web_avec_presseFinalement, cette chronique pourrait tenir en une phrase : « Ne manquez cette pièce sous aucun prétexte, allez l’applaudir » tant les beaux spectacles n’ont pas besoin de longs discours ! J’ai été éblouie par le Cyrano de Bergerac, actuellement à l’affiche du théâtre Le Ranelagh. Le risque était grand de se « frotter » à ce monument du répertoire mais ce Cyrano est une réussite indéniable, servi par une mise en scène diablement séduisante signée Jean-Philippe Daguerre et l’immense talent des comédiens de la compagnie Le grenier de Babouchka.

France, 1640. Cyrano de Bergerac est un mousquetaire intrépide, appartenant aux cadets de Gascogne. Secrètement amoureux de sa belle cousine Roxane, il n’ose lui déclarer sa flamme, lui si laid avec son grand nez. Par amour, il protégera son rival, le jeune et beau Christian, et l’aidera même à la séduire.

Pendant deux heures, le plaisir est total grâce à une mise en scène, ultra réjouissante et énergique, alternant chants, musiques, combats de cape et d’épée. Et jolie trouvaille de Jean-Philippe Daguerre : le violoniste virtuose Petr Ruzicka, ponctue la pièce de magnifiques intermèdes musicaux (partitions écrites par Edmond Rostand lui-même) nous replongeant à chaque note dans un XVIIème siècle nostalgique et rocailleux. Sur un plateau quasiment dépouillé, les dix comédiens, engagés à 100%, généreux et parfaitement « synchro » offrent une prestation de haut vol. Et que dire de l’interprétation magistrale de Stéphane Dauch dans le rôle titre de Cyrano, apportant tout ce qu’il faut de panache, de truculence, de fougue, de sensibilité et de tendresse au personnage mythique d’Edmond Rostand, sans l’ombre d’une hésitation sur aucun de ses 1 600 vers. Indéniablement du grand art et un moment de théâtre épatant ! Le coup de cœur de l’automne, allez-y les yeux fermés.  

Le point de vue d’Elisabeth 

CYRANO DE BERGERAC

Théâtre le Ranelagh, 5 rue des Vignes, 75016 Paris

Du mercredi au samedi à 20h45, samedi à 16h30, dimanche à 17h

Relâches les 1er octobre, 1er novembre et 11 novembre à 20h45

Supplémentaires à 16h30 les 5, 12, 19, 21, 22, 23, 26, 28, 29, 30 décembre et 2 janvier