CHAWA, PIÈCE DE MA MÉMOIRE – THÉÂTRE DES DÉCHARGEURS

♥♥♥♥ Le 11 mars 2011, Camille enterre sa grand-mère au cimetière de Pantin dans le « carré juif » – carré juif, c’est bizarre cette expression, non ? Se remémorant les discussions avec sa grand-mère, elle décide de partir en Pologne à la rencontre de ses ancêtres, convoquant ses souvenirs et ses origines dans l’espoir de trouver des réponses aux questions de sa propre existence.

En 2017, Maud Landau (auteur et comédienne de Chawa) a découvert une lettre écrite par sa grand-mère dans laquelle elle retraçait l’histoire de sa vie, de sa naissance en 1917 à Lodz (Pologne), au sein d’une famille juive, à la naissance de ses petites-filles. Chawa était le pilier de sa famille, l’axe autour duquel gravitait tous les siens. Malgré elle, elle a aussi était le témoin d’une histoire qui s’est inscrite dans la grande. Comme les gens qui nous quittent continuent à vivre tant que nous parlons d’eux, Maud Landau et Quentin Laugier ont raconté l’histoire de Chawa et des siens avec amour et générosité.  

Seule en scène, Maud Landau est resplendissante de sincérité et de vérité pour celle qu’elle veut honorer : sa grand-mère Chawa. Elle invite autour d’elle une galerie de personnages hauts en couleur. Par une simple posture, une mimique, un tic de langage, il ou elle est là, devant nous, le père, la mère, la sœur, la tante… et tous les autres. Humour et émotion s’allient pour nous raconter cette famille juive décimée pendant la Seconde Guerre mondiale. La page d’histoire est émouvante, truffée de petits riens du quotidien et, pourtant, elle est l’histoire de toute une communauté, d’une famille, d’une partie de l’humanité décimée par la haine.

Si pour certains, être juif c’est faire partie d’un peuple, d’être croyant, de respecter des rituels, de célébrer des fêtes… pour Maud Landau, c’est avoir une part de sa famille disparue dans les camps de la mort ou le ghetto de Varsovie.

L’histoire de Maud et de tant d’autres nous poursuit bien après le baisser de rideau, elle nous invite à revenir sur les traces de nos aïeuls et de découvrir les pages d’histoire qu’ils ont traversées. Beau moment de théâtre.  

Le regard d’Isabelle

CHAWA, PIÈCE DE MA MÉMOIRE

Théâtre des déchargeurs 3, rue des Déchargeurs – 75001 Paris

Jusqu’au vendredi 23 décembre 2022

Crédits photo : Lucas Bozzi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s