UN CAFÉ AVEC CANDICE DESMET, COMÉDIENNE, PROFESSEURE DE THÉÂTRE, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE ACT’IN THEATRE (LONDRES)

« La culture et l’art

n’ont pas de frontières »

Candice DESMET

Après 1 an et demi de pause, nous reprenons nos « Cafés avec » ! Ce mois-ci, coup de projecteur sur Candice Desmet, comédienne française, originaire de Dunkerque, parisienne d’adoption et installée à Londres depuis 2013. Elle y a créé Act’in Theatre une école de théâtre et d’improvisation qui dispense des cours de théâtre en français et en anglais à toutes celles et ceux qui souhaitent notamment s’essayer au théâtre dans la langue de Shakespeare. Rencontre avec une enseignante passionnée et investie à 100%.

Coup de théâtre : Bonjour Candice, vous avez fondé Act’in Theatre, une école de théâtre et d’improvisation basée à Londres. Comment est né ce projet ? Et pourquoi avoir choisi de vous établir à Londres ?

Candice Desmet : Bonjour Élisabeth, ce projet m’est venu lorsque j’ai déménagé à Londres. J’avais commencé ma carrière de comédienne en France. Les projets artistiques m’avaient d’abord poussé à m’installer à Paris. Mais quitte à déménager, autant le combiner avec un vieux rêve : parler anglais. J’ai donc déménagé à Londres. Le dynamisme de la ville et son inspiration sont bluffants ! Un vrai trésor pour une artiste. Tout va extrêmement vite et les opportunités sont nombreuses. C’est à ce moment-là que des personnes du milieu m’ont soufflé l’idée de monter ma propre compagnie. L’idée a mûri. Et un jour, j’ai osé ouvrir un cours. Je n’avais que trois élèves et pourtant nous avons passé un moment incroyable, j’ai adoré cela ! Je me suis donc investie entièrement dans ce projet.

Un rapide descriptif de l’école : nombre, profil, origine des élèves ? Profil de l’équipe enseignante ? Calendrier, organisation et temps forts de l’année ?

C.D. : Act’in Theatre accueille entre 60 et 70 élèves par trimestre. Ce sont des adultes venant d’horizons variés (financier, enseignant, marketing…) qui ne sont pas « des acteurs » mais qui trouvent, à travers le théâtre, une vraie soupape de liberté pour s’exprimer, se découvrir mais également utiliser les techniques des comédiens pour gérer leur stress, se sentir plus à l’aise pour prendre la parole en public… Act’in Theatre s’adresse à des personnes qui ne veulent pas en faire leur métier mais pratiquer une activité artistique au sein d’un groupe en toute bienveillance. Nous sommes trois enseignants passionnés qui enseignons le théâtre et l’improvisation en français et en anglais. La transmission, la bienveillance et le partage sont vraiment nos valeurs et nous apportent un réel plaisir dans l’enseignement. Nos cours se basent sur des cycles trimestriels avec en juin un grand spectacle qui réunit tous les groupes de la compagnie, c’est notre moment fort de l’année ! Et pour patienter jusqu’en juin, nous avons mis en place un petit spectacle intimiste « Entre Act’ » qui se produit tous les mois et demi avec nos troupes de théâtre (les Gueules De Bois) et improvisation (Improzac) en plein cœur de Londres et à la bonne franquette ! 

Quelle est la vocation de l’école ? Quels sont les fondamentaux de votre enseignement ?

C.D. : Notre école a pour vocation d’offrir un lieu et un espace de totale liberté. Un endroit sans jugement, où l’expression et la créativité sont les maîtres mots. Nos groupes d’atelier sont petits afin de personnaliser au mieux nos cours. Notre objectif est celui de nos élèves. Respecter leur rythme et les accompagner à se découvrir, se dépasser à l’aide de nos exercices et techniques. Oser être soi à 100%. Accepter et comprendre l’autre. Gérer ses interactions et contrôler sa communication et ses émotions. Au théâtre, notre « outil », c’est nous. Il est donc important de se comprendre, de se maîtriser et de s’accepter entièrement.

Quels textes travaillez-vous ?

C.D. : 85% des textes que je travaille sont les miens. J’ai écrit une cinquantaine de saynètes pour les ateliers de théâtre et écrit 6 pièces de théâtre pour les spectacles de fin d’année. Cela permet d’équilibrer les interventions des personnages (pas de rôles principaux dans les pièces) et de bien structurer l’objectif des saynètes et des pièces (insister sur certains types d’émotions, de jeu…). Si ce ne sont pas mes textes, ce sont des classiques (Molière, Racine…) afin d’appréhender un texte moins contemporain et de travailler le jeu d’acteur à travers des dialogues qui nous semblent moins naturels et plus complexes.

Les cours sont dispensés en français et en anglais. Avez-vous beaucoup d’élèves qui font du théâtre dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle ? Quelle en est la vertu ?

C.D. : Oui j’en ai beaucoup ! C’est une façon plus « organique » d’appréhender une langue. La vivre, la jouer, la ressentir. Pour être franche, cela n’est pas évident mais c’est tout à fait possible !

Vous proposez également des ateliers cinéma. En quoi consistent-ils et à qui s’adressent-ils ?

C.D. : Oui ! Avant le Covid, on nous a malheureusement volé du matériel et ensuite la situation sanitaire ne nous a pas permis de reprendre. Mais nous allons faire des Masterclass à partir de septembre 2021. Le premier sera « Le Doublage ». Nous espérons qu’en 2022-2023, nous pourrons rouvrir des cycles trimestriels, croisons les doigts ! Ces ateliers sont destinés aux curieux (comment se déroule un tournage ? Le jeu face caméra ?), aux jeunes acteurs (découvrir la base du métier, les différents rouages et faire sa première expérience), aux professionnels de tous horizons qui ont besoin d’être à l’aise devant la caméra (comme se présenter pour un travail, maitriser sa voix pour une bonne élocution, etc…)  

Parlez-nous de vos troupes : Les Gueules de Bois et les Improzacs ? Qui sont-ils ? Que proposent-ils au sein de l’école ?

C.D. : Ce sont les élèves les plus expérimentés d’Act’in et ayant un vrai esprit d’équipe qui composent ces 2 troupes, qui bénéficient principalement de coaching en vue des spectacles à venir. Nous avons, habituellement un spectacle tous les 5-6 semaines (avec Entre Act’), donc c’est vraiment une « mise en pratique » des apprentissages face à un public. La troupe « Les Gueules de Bois » est une troupe de théâtre composée de 9 comédiens. La troupe « Les Improzacs » est la troupe des improvisateurs, elle est composée de 6 jouteurs. C’est la plus ancienne troupe d’Act’in Theatre. Pour un improvisateur, il est important d’avoir son équipe et une identité qui lui est propre. En effet, contrairement au théâtre, les improvisateurs n’ont rien sur scène (pas de texte, pas de personnage, ni de mise en scène…), mise à part leur partenaire. Il était donc essentiel de former un groupe uni.

Quelles sont vos plus belles satisfactions en tant qu’enseignante de théâtre et directrice de l’école ? Vos difficultés ?

C.D. : Ma plus belle satisfaction est le bonheur de mes élèves. Les voir évoluer, oser, se surprendre et se découvrir est incroyable ! Un vrai bonheur ! Il me rappelle d’où je viens et le plaisir de jouer, ce sont en quelques sortes mes racines. Ma difficulté est de trouver l’équilibre entre mon rôle de directrice et d’enseignante. La double casquette n’est pas évidente, ce sont deux fonctions bien distinctes dans lesquelles il est difficile de jongler parfois. De plus ma carrière de comédienne a été fortement impactée par mon investissement dans Act’In Theatre, il faut donc que je réussisse à libérer du temps et de l’énergie pour que je puisse moi-même jouer sur les planches ou devant une caméra. C’est une question d’équilibre vers lequel je tends.

En quoi la crise sanitaire que nous traversons depuis 2020 a-t-elle « bousculé » l’organisation et la vie de l’école ?

C.D. : Ola ! Énormément de choses. Beaucoup de mes élèves sont des expatriés. Donc cela a été très compliqué pour eux et donc pour moi. Vivre à l’étranger, ce n’est pas facile, encore moins dans ce contexte. De plus, le secteur artistique est l’un des secteurs les plus durement touchés par cette crise. Pour toutes ces raisons, j’ai voulu à tout prix garder les liens. Nous avions commencé à faire des cours en zoom pour assurer un spectacle de fin d’année qui a finalement dû être annulé une semaine avant sa représentation. Nous n’avons pas continué les cours en zoom car nous perdions énormément en qualité : l’espace, l’énergie, le contact… Dès que l’on a pu, nous avons investi dans des gazebos et chauffages pour continuer nos ateliers dehors même en hiver. Et dès que nous étions en confinement dur, nous restions « connectés » en organisant des apéros virtuels. Rester unis et éviter l’isolement était important. Et puis est arrivé le Brexit. Des élèves sont donc repartis en France. L’organisation d’Act’in a également été gravement impacté avec deux personnes en moins dans un laps de temps très court. Malgré cela, Act’in n’a jamais été autant soutenu par ses élèves que maintenant. C’est une époque de grande résilience, et en tant que comédienne, face à une situation problématique nous devons créer…. Créer des solutions. C’est ce que je fais à travers ma compagnie avec le soutien infaillible de mes élèves que je ne remercierai jamais assez.

Quels sont vos projets pour l’école ? Votre rêve pour l’avenir ?

C.D. : Mon projet est de continuer ici à Londres puis d’ouvrir une école à Lille. La culture et l’art n’ont pas de frontières.

Parlons de vous car vous être professeur de théâtre et comédienne. Quel a été votre parcours ? Et quels sont vos projets de comédienne ?

C.D. : J’ai commencé à prendre des cours de théâtre à Nantes en parallèle de mes études de biologie. J’ai adoré ça ! Je me suis donc investie dans les différents projets théâtraux de la ville, puis cinématographique. Plus le temps passait, plus c’était une évidence qu’il fallait sauter le pas et me lancer à 100% en tant que comédienne. J’ai donc commencé les castings pour le cinéma et j’ai rejoint des troupes de théâtre à Nantes et à Paris. J’ai tourné plusieurs court-métrages, festivals et spectacles à Paris, Nantes et Bordeaux. Durant mes premières années à Londres, j’ai continué à travailler en France dans le cinéma (premier rôle dans le long métrage NABORU de Stéphane Morel Mogoma), et j’ai intégré une troupe d’improvisation : French British Improvisation (spectacle à Londres, France et Maroc où nous avons joué le festival international d’improvisation) et de théâtre comme Excuse My French, entre autre… Depuis deux ans maintenant, je reprends doucement le contact avec les planches comme une tournée théâtrale spéciale EUROPE de micro-théâtre dans le Grand-Est de la France. Ainsi que les tournages de court-métrage et teaser en tant que modèle et actrice en anglais et en français. Mes projets sont, une pièce de théâtre en France en 2022 avec la troupe « La Petite Flamme » en France et un projet de TV SHOW courant fin 2021-2022 en anglais pour un grand diffuseur, je ne peux malheureusement pas vous en dire plus, clause de confidentialité oblige. Mais j’espère de tout cœur vous montrer le résultat bientôt et que cela plaira aux spectateurs !

Propos recueillis par Elisabeth Donetti

ACT’IN THEATRE, Studio 5, Old Paradise Yard, 20 Carlisle Lane, London SE1 7LG, Royaume-Uni

Une réflexion sur “UN CAFÉ AVEC CANDICE DESMET, COMÉDIENNE, PROFESSEURE DE THÉÂTRE, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE ACT’IN THEATRE (LONDRES)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s