DANNY AND THE DEEP BLUE SEA

♥♥♥ New York. Le Bronx. Dans un bar perdu, Roberta est seule à sa table. Danny, un jeune homme aux mains abîmées par les coups, entre Lui, tout le monde l’appelle « La bête ». Elle, porte un terrible secret. Juste pour une nuit, ils décident d’être heureux comme bien d’autres.


Comme l’avance Nicolas Taffin, le metteur en scène, John Patrick Shanley écrit fort, cru et dur. Par petites touches et en quelques mots, il balaye toute la noirceur des deux protagonistes, Danny et Roberta, pour leur créer une épaisse carapace pour l’a brisée en mille éclats juste après. Quant à la bestialité de leur comportement et de leurs désirs des débuts pour devenir au fil des scènes une approche charnelle brutale jusqu’à devenir un sentiment amoureux pudique et maladroit, beau et sincère.

Danny and the deep blue Sea est un classique du théâtre contemporain américain. Estelle Georget et Vincent Simon nous en offrent une interprétation viscérale et passionnée ; Nicolas Taffin une mise en scène talentueuse. Quant aux tirades de John Patrick Shanley, elles sont de formidables coups de poing au sens propre comme figuré. À voir si on aime être mis KO à la tombée du rideau et rester sonné bien après la représentation.

Le regard d’Isabelle

Tous les jours au festival d’Avignon 2021 au Théâtre L’Arto – 3 rue Râteau à 18h35.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s