UN CAFÉ AVEC ISABELLE BERTOLA, DIRECTRICE DU MOUFFETARD, THÉÂTRE DES ARTS DE LA MARIONNETTE

Isabelle Bertola©Alain Dalouche4

Crédit : Alain Dalouche

« Avoir un lieu identifié est essentiel. »

Le rendez-vous est pris par une belle soirée d’avril. J’ai le plaisir de rencontrer ce soir-là Isabelle Bertola qui dirige le Mouffetard, le théâtre des arts de la Marionnette, au coeur du 5e arrondissement parisien. Avec beaucoup de gentillesse et générosité, Isabelle Bertola m’a relaté l’histoire de ce théâtre pas comme les autres et a partagé avec moi les valeurs et les projets du lieux. Dans le chaleureux décor du Mouffetard, une très belle rencontre placée sous le signe des artistes, de la création et du partage avec le public.  

Coup de théâtre : Bonjour Isabelle, quelle place occupe le théâtre Mouffetard dans le paysage culturel parisien ? Et plus largement français ?

Isabelle Bertola : Le Mouffetard – Théâtre des arts de la Marionnette joue un rôle important car il est le seul théâtre dédié à la marionnette contemporaine et à ce titre il fait figure de référence à Paris, en France et même à l’étranger, notamment grâce à la Biennale internationale des Arts de la Marionnette. Il faut d’ailleurs souligner la richesse de la création française dans le secteur !

Vous avez été longtemps itinérant avant de vous installer rue Mouffetard en 2013. En quoi cela a-t’il changé les choses ?  

I.B. : Cela nous a donné plus de visibilité auprès du grand public, de la presse, des partenaires  publics. Et puis bien sûr plus de reconnaissance, pas forcément envers le théâtre lui-même, mais envers le travail des artistes et c’est ce qui compte. Avoir un lieu identifié est essentiel.

photostheatre-slideshow575x40025

Quelle est la vocation du lieu aujourd’hui ? Et les valeurs qui l’animent ? 

I.B. : Nous avons à cœur de défendre prioritairement la création de théâtre de marionnettes pour adulte, même si nous programmons également des spectacles jeune public. Et dans ce cadre, je pense que notre vocation première est de valoriser et d’accompagner le travail des artistes, en s’interrogeant toujours sur le contenu et les messages diffusés. Quel est leur travail aujourd’hui ? Quelles sont leurs recherches, leur réflexion sur le monde et notre société ? Il arrive que certains spectacles ne nous convainquent pas complètement mais, au-delà de nos opinions personnelles, nous gardons en tête que les artistes créent, expérimentent, se renouvellent, ont quelque chose à transmettre au public. Et c’est cela que nous souhaitons valoriser. Enfin, notre vocation c’est de faire de ce théâtre un lieu de vie agréable, chaleureux, accueillant, un lieu d’échanges et de partage, qui donne envie aux spectateurs de revenir, même si nos espaces ne sont pas très grands. 

A propos, le théâtre propose de nombreuses activités au-delà même des représentations…

I.B. : Absolument ! La diffusion des spectacles ne représente qu’une facette de notre travail. Pour moi, cela rejoint notre envie de faire du théâtre Mouffetard un lieu de partage comme je le disais. Nous proposons tout au long de l’année des expositions de photos, d’objets, de marionnettes, reflet du travail des artistes que nous accueillons. En complément des spectacles, nous organisons également des rencontres avec les artistes ou des stages qui permettent d’appréhender très concrètement le travail d’un marionnettiste, son rapport à l’écriture ou à la mise en scène. Quatre à cinq fois par an, nous organisons également les « mardis du Mouffetard ». Nous y invitons artistes ou chercheurs, comme cette année, Thierry Dufresne, enseignant à la faculté de Nanterre, qui nous a parlé de la création des poupées d’artistes. Passionnant ! Et puis nous disposons d’un centre de ressources qui est vraiment un espace ouvert à tous, où chacun peut venir lire, découvrir, se documenter sur la marionnette et le spectacle vivant en général.

Centrederessources-valise-leMouffetard-détails©Loïc-Legall

Crédit : Loïc Legall

Que recouvre le théâtre des marionnettes ? Qu’apporte-t-il de différent par rapport au théâtre traditionnel ? 

I.B. : C’est toute la question de la distanciation. Ce qui permet d’établir le lien avec les spectateurs dans le théâtre de marionnette, ce n’est pas seulement un texte ou une présence, c’est également un objet, anthropomorphe ou non, défini ou indéfini, évolutif ou non. Cela permet aux marionnettistes d’explorer des champs artistiques beaucoup plus larges que dans le théâtre traditionnel et d’offrir plus de liberté à la création des émotions.  

Comment élaborez-vous votre programmation ?

I.B. : Je travaille au théâtre de la marionnette depuis 1992 donc des compagnies j’en connais un certain nombre ! (rire). Je suis leurs actualités, leurs créations. Sinon, je circule beaucoup dans des festivals en France ou à l’étranger, je vois beaucoup de choses. Côté compagnies, elles nous connaissent bien et nous informent de leurs spectacles. On choisit généralement des créations récentes et on essaye de trouver un équilibre entre jeunes compagnies et des compagnies qui ont déjà un certain parcours.

Combien de spectacles et de représentations par an ?

I.B. : Entre 100 et 120 représentations par an, auxquels nous ajoutons cette année une centaine de représentations dans le cadre de la Biennale. Cette saison, avec notre festival « Les scènes ouvertes à l’insolite », on monte à près de 240 représentations ! Une saison très riche !

Extérieur©p.David_

Crédit. P. David

Retour sur quelques coups de cœur de la saison 2016-2017 ?

I.B. : Je pense à « Assoiffés » écrit par Wajdi Mouawad et mis en scène par le marionnettiste Brice Coupey. Un magnifique spectacle qui a remporté un très beau succès public. Coup de cœur également pour le spectacle américain « Schweinehund« , qui raconte la déportation d’un homme pendant la seconde guerre mondiale en raison de son homosexualité. C’est très fort, très beau, assez onirique. Je suis très heureuse de l’accueillir ici dans le cadre de la Biennale.

Comment s’articule la saison ?

I.B. : Nous avons quatre espaces de programmation. D’abord, le théâtre en lui-même qui accueille des spectacles d’octobre à avril à destination d’un public adulte ou d’un jeune public. Ce sont généralement des compagnies qui ont déjà un parcours et à qui l’on souhaite offrir une visibilité parisienne. On les programme sur trois semaines, ce qui est confortable et précieux pour les artistes qui n’ont pas à monter-démonter chaque soir, peuvent venir répéter l’après-midi, faire évoluer les spectacles en fonction des réactions du public. Ensuite, deuxième espace de programmation, notre festival « Les scènes ouvertes à l’insolite », un festival « tremplin » qui présente toutes les années paires de jeunes artistes qui font quasiment leurs premiers pas sur scène. Nous ne prenons pas le risque de les accueillir sur une longue durée car il y a encore des fragilités mais nous souhaitons leur permettre de s’essayer à la scène dans des conditions professionnelles. Troisième espace de programmation, notre festival « Omniprésence », qui sort de nos murs et investit, selon la nature et le thème du spectacle, des lieux extérieurs comme des bars, des appartements, des écoles, des églises….La dernière édition baptisée « Troublantes apparences » vient d’avoir lieu les 20, 21 et 22 avril dans des vitrines de magasins des 5e, 11e et 13e arrondissements parisiens. Et puis notre quatrième espace, la Biennale internationale des arts de la marionnette dont nous fêtons cette année la 9e édition du 9 mai au 2 juin 2017. Nous accueillons des compagnies étrangères (Québec, Etats-Unis, Allemagne, Italie,…). On programme 30 spectacles qui font beaucoup écho cette année à l’actualité, et une centaine de représentations durant tout le mois de mai.

Programme1516-paysage©p.david_

Crédit : P. David

Vous avez de nombreux partenaires (La maison des métallos, le TGP à Saint-Denis, Au fil de l’eau à Pantin, le théâtre Dunois,…). Comment est né ce réseau ? 

I.B. : La raison est historique. Le fait de ne pas avoir de lieu pendant longtemps a nécessité de trouver des lieux partenaires et ces liens sont restés même si les partenaires ont évolué. La ville de Pantin est un partenaire important, coproducteur de la Biennale depuis 2005. Nous sommes également très soutenus par le département de la Seine-Saint-Denis car historiquement, nous avons mené beaucoup d’actions culturelles dans le département et il y a un vrai désir de la part du Conseil Départemental de développer le théâtre de marionnettes. A Paris, nous collaborons avec des salles qui peuvent accueillir des spectacles que notre théâtre ne peut pas accueillir, contraintes de plateau oblige. C’est intéressant de travailler ensemble.

Quels sont vos projets pour les prochaines années ?  

I.B. : Fin 2017, se terminera la première convention. On travaille au projet de la deuxième convention dont on souhaite, ainsi que le Ministère, qu’elle dure quatre ans pour laisser les projets s’installer davantage dans le temps. Mais ce que je souhaiterais vraiment aujourd’hui, c’est associer un artiste au théâtre dont la vocation serait de créer dans nos murs, défendre notre projet artistique, être disponible pour échanger avec les publics, un artiste « ambassadeur » du Mouffetard en quelque sorte !

P1010864©p.david

Crédit : P. David

Merci ! Et pour conclure, quel a été votre parcours ?

I.B. : La première partie de ma vie professionnelle a été consacrée à la littérature de jeunesse. J’ai contribué à la création du premier festival du livre à Montreuil avant qu’il ne devienne le Salon du livre. Ensuite, j’ai assuré la programmation de spectacles jeunes publics pour le service enfance de la ville de Montreuil. Puis, j’ai rejoint le théâtre de la Marionnette à Paris en 1992 d’abord à mi-temps ensuite j’ai pris la direction du théâtre en 2003, avant notre installation ici en 2013. ♦

Théâtre Mouffetard, 73 rue Mouffetard, 75005 Paris 

http://www.lemouffetard.com/

Propos recueillis par Elisabeth Donetti (merci au bureau de presse Sabine Arman)

2 réflexions sur “UN CAFÉ AVEC ISABELLE BERTOLA, DIRECTRICE DU MOUFFETARD, THÉÂTRE DES ARTS DE LA MARIONNETTE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s