UN CAFÉ AVEC Flavie Fontaine, fondatrice et directrice de la Compagnie Guild

V60A0244C’est le premier « Café avec » de l’année 2016 ! Et j’ai le plaisir de le partager avec Flavie Fontaine, la dynamique directrice de la Compagnie Guild, qui propose entre autres activités des cours de théâtre pour adultes. Tout juste rentrée d’un voyage au Vietnam et les valises à peine posées, Flavie s’est prêtée au jeu des questions-réponses sur la vocation, la pédagogie et les valeurs de l’école avec beaucoup de disponibilité et d’enthousiasme. Une très belle rencontre au cœur de l’est parisien pour débuter l’an neuf! 

Coup de théâtre : Bonjour Flavie, vous avez fondé et vous dirigez la Compagnie Guild. Pourriez-vous nous la présenter ?

Flavie Fontaine : Nous proposons au sein de la Compagnie Guild quatre activités : des cours hebdomadaires de théâtre pour amateurs, des stages de théâtre à Paris et à Nantes, des formations en entreprise et du coaching individuel. Concernant les cours de théâtre, nous avons sept classes avec plusieurs « niveaux », même si je n’aime pas ce terme, d’élèves totalement débutants à des personnes qui ont déjà une bonne expérience de théâtre. Du côté de l’équipe pédagogique, on est quatre en tout. J’anime trois classes tout en dirigeant l’école. Les quatre autres classes sont animées par trois enseignants-comédiens à qui j’ai fait appel : Alexis Bloch qui vient de nous rejoindre et qui est spécialisé en improvisation, Caroline Marchetti et Sébastien Libessart.

11224527_948332765258173_8936524513037390116_nUn cours à la Compagnie Guild, ça se passe comment ?

F.F. : Au cours du premier trimestre, de septembre à décembre, on organise un cours d’essai et pendant une heure, on se retrouve tous ensemble sur le plateau pour des exercices dynamiques, ludiques qui permettent de travailler tous les outils dont un comédien a besoin : exercice sur le corps, la respiration, le regard, les intentions, les ressentis, l’écoute. Il faut rendre les personnes disponibles à jouer après une journée de travail ! L’objectif est de faire primer une réactivité instinctive et de sortir de la rationalité, de la réflexion. L’idée également, c’est que tout le monde apprenne à se connaître, à se découvrir autrement que par des questions sur son métier, le milieu social d’où l’on vient, son salaire… Après cette heure en commun, on passe progressivement à des groupes plus petits : moitié de classe, puis groupes de 2-3 en pratiquant des exercices d’improvisation qui ont d’ailleurs beaucoup de contraintes. Les contraintes, c’est positif au théâtre. Plus il y en a, plus le comédien va savoir dans quelle direction aller. À la fin du cours, on termine par un debriefing. Sur les deux trimestres suivants, de janvier à juin, on travaille le spectacle de fin d’année. On commence toujours par des échauffements, et puis on répète des scènes, on fait des improvisations, des lectures. Personnellement, je ne prépare jamais la répétition d’une scène. Les choses me viennent spontanément en voyant les élèves évoluer sur le plateau. Lorsqu’il ne s’agit pas d’une pièce d’un auteur mais d’une création, généralement, je choisis le thème à travailler et j’invite les élèves à sélectionner des textes s’y rapportant, même s’ils ne sont pas corrélés au sujet, charge à moi de faire le lien, de trouver le fil rouge.

Quel est le profil des élèves ?

F.F. : Des profils extrêmement diversifiés, de 18 à 78 ans ! Il y a des chefs d’entreprise, des DRH, des demandeurs d’emploi, des libraires, des informaticiens, des mathématiciens, et cette variété, c’est formidable. On compte 80 élèves aujourd’hui au sein de l’école. Et je les connais tous un par un ! (rire)

EtSi (11)Que viennent-ils chercher ?

F.F. : Ça dépend ! Dans la plupart des cas, ils cherchent une activité pour sortir du quotidien, s’exprimer, se faire plaisir, se mettre en avant, faire des rencontres aussi, travailler sur l’estime et la confiance en soi, notamment dans le milieu professionnel, développer des aptitudes à communiquer, lutter contre la timidité, l’introversion. Ils cherchent aussi à s’amuser, à se détendre même s’ils ont des objectifs précis ou des défis à relever. Ce que j’aime c’est observer, entre le début et la fin de l’année, des changements significatifs : des personnes qui étaient au chômage et qui ont réussi à retrouver un travail, d’autres qui réussissent à lever un certain nombre de blocages lors de prises de parole en public. Dans l’ensemble, ils parviennent tous, à mieux se connaître, à s’accepter davantage, à être plus libres. Je parle d’ailleurs plus de liberté que de « lâcher-prise » qui est une expression que je n’aime pas car il faut toujours avoir un minimum de contrôle de soi au théâtre. On ne peut pas entièrement être dans le lâcher prise : on est tributaire d’un partenaire qui peut renverser un objet, oublier son texte. Il faut savoir gérer ce genre de situation sur scène, anticiper, rattraper.

2014-06-28_Theatre_Alexandre_6Sur quoi repose votre enseignement ? Qu’avez-vous envie de transmettre aux élèves ?

F.F. : Je n’arrive jamais dans un cours en me disant « je vais transmettre telle ou telle chose », même si naturellement on enseigne des techniques, on fait découvrir des auteurs, des répertoires. La première valeur, c’est d’être à l’écoute des élèves, de leurs besoins, de leurs objectifs. Je m’interroge toujours en me disant : « pourquoi il ou elle est là ? », « qu’est-ce qu’il a envie de faire, d’expérimenter ?», « où il a envie d’aller ?», « qu’est ce qu’il a envie de jouer ? ». En fonction du groupe, je me décide à aller sur tel ou tel projet. Chaque cours doit être un espace d’expression et de plaisir, mais jamais il ne doit devenir un lieu d’enjeu. En retour, je leur demande d’apporter de la matière, leur créativité. Je leur dis toujours : « Vous êtes acteur de votre cours, optimisez, travaillez. » La deuxième valeur, c’est la bienveillance. On est là pour faire les choses, les réussir, les louper, peu importe, on n’est jamais là pour juger, pour comparer et surtout, on n’est pas là pour bien faire. Au travail, on vous demande d’être performant. Ici, ce n’est pas le sujet, on ne veut pas du résultat, on veut juste raconter une histoire et se faire plaisir. Il y a une phrase de Samuel Beckett qui est le slogan de l’école : « Essayez, ratez, essayez encore, ratez encore, ratez mieux ».

Vous avez un partenariat avec des comédiens de la Comédie-Française. Comment est née cette collaboration ?

F.F. : Le point de départ a été la création l’an dernier d’une classe workshop proposant un enseignement pluridisciplinaire avec un maximum d’intervenants extérieurs qui viendraient partager leur savoir-faire, leur expertise… Les élèves ont pu bénéficier d’un cours d’expression corporelle avec Elliot Jenicot de la Comedie-Française, des cours de diction avec Véronique Vella également du Français, un mois et demi de cours sur le travail devant une caméra avec un réalisateur, des cours de chant avec une coach vocale. Une expérience riche, dense, variée, avec des professionnels qui sont des vrais passionnés de leur métier et qui aiment partager et transmettre leur savoir-faire. Cette année encore, j’organise des master class ou des stages hors des cours « classiques », ouverts aux élèves de l’école comme aux personnes extérieures, comme un stage de diction le 5 mars prochain avec Véronique Vella.

Theatre_Alexandre_53En tant qu’enseignante, quelles sont vos principales satisfactions ? Et/ou frustrations ?

F.F. : Ma principale satisfaction, c’est le partage, et voir les élèves se sublimer et être fiers d’eux : les voir progresser, « se planter », se relancer et surtout évoluer sur un plateau devant 100 personnes à la fin de l’année. Ça m’émeut. Je n’ai pas de croyances spécifiques dans la vie mise à part une : l’humain. Je crois en l’humanité et je travaille avec des humains. On est dans l’instant présent, on se raconte de belles histoires et on se fait confiance. Mine de rien, j’ai leur corps et leurs ressentis entre les mains et c’est précieux. Je leur dis souvent : « Moi je ne suis pas votre prof, je suis votre provocateur. » Je suis juste là pour appuyer à des endroits où vous n’allez pas. Mais jamais dans la violence et toujours dans une extrême bienveillance. Si j’appuie là où ça fait mal, c’est que je sais que derrière ce sera bénéfique pour la personne. Et sinon, des frustrations, aucune ! Ah si, je paye trop de taxes ! (rire)

N’est-ce pas risqué, financièrement parlant, de créer un cours de théâtre à Paris, au regard du marché déjà « encombré » ?

F.F. : C’est un risque en effet mais le risque c’est mon principe de vie ! Paradoxalement, mon épanouissement, je le trouve dans l’insécurité. La sécurité m’ennuie. Les risques me challengent, me poussent à aller plus loin. Mon moteur en créant l’école, c’est l’envie de transmettre. Les problématiques financières et administratives, bien sûr j’y suis confrontée mais je les gère tout simplement.

Vos ambitions et vos projets pour l’école ?

F.F. : Aujourd’hui, j’ai envie de la laisser à taille humaine. Je ne veux pas aller au-delà de 10 cours parce que je ne veux pas que l’école devienne une usine. Cette année, j’ai surtout envie de développer la formation d’entreprise pour que l’école se stabilise davantage financièrement et me permettre ainsi de ne pas augmenter les tarifs des cours. C’est important que l’école reste accessible au plus grand nombre, du demandeur d’emploi au cadre supérieur. Et puis en rêvant encore un peu plus loin, j’aimerais acheter des locaux en plein cœur de Paris avec deux salles de répétition, un petit théâtre au sous-sol et les bureaux au premier étage. Une vraie maison !

LaDisparue2015_071Sinon, quel a été votre parcours avant la Compagnie Guild ?

F.F. : Je fais partie de ces familles qui disent « Passe ton bac d’abord » ! Donc j’ai passé un bac ES, j’ai fait une année de fac à Nantes « Langues et Littératures des Civilisations Étrangères ». Mais je désirais faire du théâtre et j’ai suivi les cours Florent à Paris pendant quatre ans. J’ai voyagé en Afrique du Sud, en Serbie et je suis rentrée en France avec la volonté de gagner ma vie. J’ai travaillé pendant deux ans et demi dans la vente aux enchères d’affiches anciennes. Mais jouer était plus fort : j’ai démissionné et je me suis lancée dans le projet « Se mordre » de Pierre Notte que j’ai joué aux Déchargeurs. Et j’ai enchaîné, toujours avec Pierre Notte, avec « Les Couteaux dans le dos » qu’on a joué pendant deux ans en France et à l’étranger. Mais au bout de quelques années, j’ai compris que je ne m’épanouissais pas complètement en tant que comédienne. J’aimais bien travailler mais une fois en plateau, j’étais une éternelle insatisfaite même si les critiques étaient bonnes et me faisaient plaisir. J’ai compris que je préférais mettre en scène, diriger et enseigner et j’ai créé l’école après « Les Couteaux dans le dos ».

Merci Flavie ! Et pour conclure, votre mot « théâtre » préféré ?

F.F. : Je dirais « Projeter » : projeter la voix, projeter le regard, se projeter dans la vie… !

Propos recueillis par Elisabeth Donetti 

Pour aller plus loin : www.compagnieguild.com

Une réflexion sur “UN CAFÉ AVEC Flavie Fontaine, fondatrice et directrice de la Compagnie Guild

  1. Super…et telement enrichissant tous sa….trop loin de paris pour participer aux cours…continu comme sa…c est une grande reussite ton épanouissement. ..ce partage…..ce k tu donne aux autres et a toi meme….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s