BLONDIE ET BRUNETTE – LE PROSCENIUM

BB-212x300Fraîcheur et profondeur. Avec Blondie et Brunette, on remonte le fil d’une amitié, du temps et de l’Histoire. Compte à rebours : 1936, Lexie (Émilie Lecouvey), jeune fille de bonne famille, introvertie et timide, rencontre dans un bar Lili (Faustine Pont), une jeune photographe accorte au caractère bien trempé et féministe. Deux personnalités aux tempérament et physique très contrastés (Lexie est aussi blonde que Lili est brune) que le destin réunira dans une fusion quasi-immédiate. Elles traverseront ensemble les étapes de la vie, ses désillusions, ses joies, ses épreuves, les guerres, ses enseignements.

Retour au présent : Matt et Lou, les petits enfants de Lexie, perchés sur une chaise haute dans le séjour, écoutent attentivement les échanges de Lexie et Lili qui se remémorent leurs souvenirs. Si Matt, adolescent moqueur, saisit l’occasion pour railler les deux femmes, Lou, tournicotant ses couettes, n’en perd pas une miette et plaintive râle que personne ne l’écoute. Pour la calmer, Lexie lui confie son journal intime dans lequel elle a consigné sa vie. Par sa lecture, Lou (Anne-Laure Maudet qui se glisse merveilleusement dans la peau de cette petite fille) nous embarquera dans les épisodes successifs qui ont jalonné le parcours de vie de sa grand-mère et de sa meilleure amie. On découvrira avec elle comment leur amitié les a façonnées toutes les deux à travers le regard de l’autre.

Les séquences du temps sont marquées par un registre musical qui sert de repère pour l’époque (selon des morceaux de musique composés par Jonathan Marois) et de nombreux changements de tenue par les comédiens habillés selon la mode d’alors. Astuce à laquelle il fallait y penser, pour différencier la rue de l’appartement, quatre dalles de moquette ou représentant du bitume sont apposées par terre devant un panneau de décor en bois retourné lui aussi par deux comédiens selon les scènes.

Une équipe de comédiens à maturité variable mais tous impliqués et qui réussissent à faire émerger beaucoup d’émotions pour cette tragi-comédie introspective. Jolie prestation pour Émilie Lecouvey, et Faustine Pont (qui l’aurait reconnue tremblotante sur sa canne dans le rôle de la grand-mère ?).

La pièce écrite par Émile Bélina Richard a été mise en scène par la jeune metteure en scène Leah Marciano qui n’en est déjà pas à son premier coup d’essai et est actuellement aussi au Théâtre Le Proscenium, le dimanche à 17h30 pour Meurtres à Cripple Creek jusqu’au 27 décembre. Envie de découvrir une autre de ses mises en scène : j’irai donc.

Signé Carole !

BLONDIE ET BRUNETTE 

Théâtre LE PROSCENIUM 2, passage du Bureau, 75011 Paris

Prolongations à partir du 10 janvier 2016 : tous les dimanches à 17h15

Crédit photo : Leah Marciano

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s