RÉSISTER C’EST EXISTER – STUDIO HEBERTOT

resister%20affiche♥♥♥♥A partir de témoignages de ‘‘sans grade’’ issus de la vie ordinaire découverts au Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, Alain Guyard a écrit un texte remarquable de vérité autant que d’authenticité.

Pour lui donner vie, il a confié l’interprétation de sa vingtaine de personnages à François Bourcier, un mime au talent rare. Il est tour à tour le proviseur qui s’efforce de calmer le zèle de l’un de ses professeurs par ailleurs milicien ; le mineur en grève ; le gendarme qui sauve un enfant juif ; l’agriculteur qui coupe des fils téléphoniques ; cette jeune maman qui transporte des armes ; cet homme qui joue les boîtes aux lettres ; Joseph Kessel, co-auteur du chant des partisans… Tous ces « soutiers de la gloire » issus de la Résistance Populaire qui, par de petits gestes et au risque de leur propre vie, ont fait basculer l’histoire et capituler l’ennemi. François Bourcier enfile ses costumes aussi brillamment que ses rôles et l’on reste bouche bée devant autant de virtuosité. Quelques fripes, un ou deux accessoires, trois ou quatre notes symphoniques de Beethoven et il est médecin, commerçant, maman, paysan… dans la langue, le geste, l’attitude.

Quant à la scénographie d’Isabelle Starkier, elle est d’une ingéniosité si prodigieuse que je vous laisse le plaisir de la découvrir.

Si l’interprétation, la mise en scène comme le texte sont d’une qualité rare, la thématique – résister contre la barbarie et l’oppression pour exister – est plus que d’actualité. Voilà deux bonnes raisons pour ne surtout pas manquer ce spectacle captivant, riche d’enseignements et d’humanité.

Le regard d’Isabelle

RÉSISTER C’EST EXISTER

Studio Hébertot, 78 bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris (métro Villiers)

Du mardi au samedi à 19h00, dimanche à 17h00

Du 10 janvier au 19 mars 2017

Séances scolaires (14h30) : – Mardis 24 et 31 janvier / 28 février / 7 et 14 mars 2017 – Jeudis 26 janvier / 2 février / 2, 9 et 16 mars 2017

Durée : 1h25

Crédits photos : Emilie Génaédig & Caroline Coste

resister%20photo%202%20libre%20de%20droits%20cemilie%20genaedigresister%20photo%20valise%20libre%20de%20droits%20ccaroline%20costeresister%20photo%203%20libre%20de%20droits%20cemilie%20genaedigresister%20photo%20lettre%20libre%20de%20droits%20ccaroline%20coste

NATURELLEMENT BELLE – STUDIO HEBERTOT

affiche-naturellement-belle-studio-hebertot-web♥♥♥ Dans un monde superficiel et standardisé, deux employés (Rachel Pignot et Raphaël Callandreau) travaillent pour une agence dont l’objectif est d’embellir à tout prix « La Star ». Alors que tout les oppose, ils se voient confier une mission spéciale dont dépend leur avenir… Ils l’accompliront avec plus ou moins de zèle.

Avec humour et légèreté, « Naturellement Belle » aborde les thèmes du travail en entreprise, sa déshumanisation, la recherche effrénée d’une beauté absolue comme la quête artificielle du bonheur, le tout en chansons et duos aux couleurs des films de Jacques Demy.

On peut regretter l’absence d’un soupçon plus déjanté dans la mise en scène des différents tableaux mais on salue les brins de voix des deux comédiens et les paroles acidulées des chansons de cette véritable pépite théâtrale et musicale à l’ambiance un peu kitsch et décalée.

Mieux qu’une cure de jouvence, une vague de légèreté et de fraîcheur, d’optimisme et de talent souffle sur le Studio Hébertot. Courrez-y avant 1er janvier 2017 : à la sortie, vous vous sentirez naturellement bien !

Le regard d’Isabelle

NATURELLEMENT BELLE

Studio Hébertot, 78 Bis Boulevard des Batignolles, 75017 Paris.

Jusqu’au 1er janvier 2017.

Samedi à 17h, dimanche à 19h.

Durée : 1h15

POMPON VOLTAIRE – STUDIO HÉBERTOT

f227a9_4f0ec21062c4497ba5efc8497d103415-mv2♥♥♥« Pompon » est l’adorable sobriquet dont l’honorable Voltaire (Yvan Varco) affuble sa bouillante maîtresse, la très érudite Émilie du Châtelet (Anne Deleuze).

Pompon et Voltaire, voilà le couple le plus brillant, le plus intelligent, le plus drôle, le plus torride du XVIIIe siècle. Une liaison scandaleuse mais reconnue, acceptée par l’opinion publique comme par le Roi car scellée par le génie. Ces deux belles âmes ne pouvaient que se rencontrer, se confronter, s’adorer sur l’autel des Lumières et le lit de l’amour pendant plus de quinze ans. Assistons au feu d’artifice de leur esprit et intelligence dans l’intimité de leurs conversations nourries d’affection amoureuse réciproque.

Voilà une pièce pétillante, pleine de drôlerie et d’esprit, qui nous est servie par une sobre mise en scène d’Anne Bourgeois, dans un décor quelque peu hétéroclite, mais interprétée par des comédiens bourrés de talent et de bonne humeur. On sort grandi et heureux du bonheur qui nous a été si généreusement offert lors de cette joute savante autour de… la recherche du bonheur. Dans le salon du château de Cirey, on découvre la complicité de ce célèbre couple, Voltaire au quotidien et Emilie du Châtelet à la personnalité sulfureuse et libre de toute attache mais surtout l’étendue de son savoir scientifique, son combat pour l’égalité des droits civiques et intellectuels des femmes et des hommes. Le public peut regretter de perdre parfois le fil de leur débat un peu trop philosophique aux dialogues trop denses, faisant allusion à de nombreuses controverses (Rousseau et autres).

Une petite pépite de théâtre à déguster sans modération jusqu’au 13 novembre 2016 au Studio Hébertot.

Le regard d’Isabelle

POMPON VOLTAIRE

Studio Hébertot, 78 bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris (métro Rome, Villiers)

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Jusqu’au 13 novembre 2016

Durée : 1h15

ANQUETIL TOUT SEUL – STUDIO HEBERTOT

f227a9_508edfc750d64d4d9515c8a0d98682ac-mv2♥♥♥♥ En 2012, Paul Fournel publie « Anquetil tout seul » (Editions du Seuil/ Points). Son adaptation théâtrale s’impose à Roland Guénoun comme une évidence : tous deux partagent la même passion pour le cyclisme, et plus encore pour Jacques Anquetil. Grand mythe sportif de l’après guerre, il est LE champion admiré et mal aimé du public ; il bouscule autant les lois du sport que de la morale ; il fascine ses proches autant que ses adversaires. 

Et Jacques Anquetil (Matila Malliarrakis) nous apparaît plus vrai que nature : personnage hors norme écartelé entre la volonté d’être toujours le premier, le dopage et ses ravages, l’argent toujours plus, ses amours sulfureux au sein même de sa famille.  

Il est entouré des rois de la petite reine d’alors – Geminiani son mentor, Darrigade son fidèle équipier, Poulidor l’ennemi juré que la presse et le public avaient dressé contre lui… (Stéphane Olivié Bisson) – et de Janine son épouse et complice, d’Anne sa belle-fille et de Sophie sa fille (Clémentine Lebocey). 

N’oublions pas de mentionner la qualité irréprochable de la bande son qui traduit à merveille les efforts extrêmes et la douleur du champion comme le choix des images d’archives qui plantent le décor de notre imaginaire collectif.  

Faut-il courir voir « Anquetil tout seul » même si on déteste le cyclisme et que l’on n’a aucunement intention de suivre le prochain Tour de France ? Absolument. Ne restez pas sur le bord de la route. Suivez le champion. Pourquoi ? Vous serez totalement conquis. Première marche du podium et maillot jaune garantis. 

Le regard d’Isabelle

ANQUETIL TOUT SEUL

Studio Hébertot, 78 bis rue des Batignolles, 75017 Paris (Métro : Villiers / Rome)

Du mardi au samedi à 19h00, le dimanche à 17h00  

Crédit photos : Léonard

os9a4826os9a4980os9a5458os9a4710os9a4735os9a5483

 

ET PENDANT CE TEMPS SIMONE VEILLE – STUDIO HÉBERTOT

f227a9_1ed4b2e28cd943a69f47a6eeaba518dePrenez cinquante ans de combats féministes, ajoutez quatre comédiennes qu’on sent aussi complices à la scène qu’à la ville, saupoudrez d’une bonne dose d’humour, laissez cuire pendant 1h20 et vous obtiendrez « Et Pendant ce Temps Simone Veille », un spectacle ultra sympathique, écrit par la comédienne Trinidad, qui retrace l’évolution de la condition féminine  des années 1950 à nos jours,  à travers les destins de 4 générations de femme (Marcelle l’ouvrière, France la bourgeoise et Giovanna issue de la classe moyenne). L’occasion de revisiter les grandes dates qui ont jalonné les combats féministes, du droit de vote à la légalisation de la pilule contraceptive en passant par la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse ou la procréation assistée,…et de rendre hommage aux grandes figures des combats féministes de Simone de Beauvoir (« On ne naît pas femme, on le devient« ) à Simone Veil.

Une pièce très plaisante, qui, après un démarrage un peu lent, gagne en épaisseur et en drôlerie au fur et à mesure de la représentation. La mise en scène, signée Gil Galliot, s’appuie sur une habile alternance entre scènes de vie quotidiennes, chansons joliment détournées et archives télévisuelles. Ici, point de donneuses de leçons ou de théâtre militant, juste l’envie de rappeler quelques vérités aux plus jeunes générations et continuer la lutte(!) entre clins d’œil, fraîcheur et ironie. Allez les applaudir jusqu’au 26 juin.  

Signé Elisabeth 

ET PENDANT CE TEMPS SIMONE VEILLE

Studio Hébertot, 78 bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h.

Jusqu’au 26 juin 2016

Durée : 1h20

simoneveille1DSCF702210152998_1056399717744924_237091615755841705_n