DUOS SUR CANAPÉ – L’ALHAMBRA

Bernard, avocat, et Jacqueline, dentiste, mariés depuis de longues années, ont chacun leur cabinet à domicile. Cela devient problématique lorsqu’ils décident de divorcer et que ni l’un ni l’autre ne souhaite déménager son lieu de travail. Dans leur appartement, le canapé se voit alors attribuer le rôle de frontière, renforcée par un ruban séparant le canapé en deux parties égales. Victor, majordome du couple, ainsi qu’à ses heures assistant alternatif de l’avocat ou de la dentiste, assiste en spectateur-arbitre à l’arrivée des nouveaux conjoints respectifs de Monsieur et de Madame. Tel est le pitch de cette comédie, créée dans les années 1970 par Marc Camoletti, auteur de plusieurs vaudevilles à succès : Boeing Boeing, Pyjama pour six, etc.

En cette soirée d’été quasi caniculaire, nous étions quatre amies qui avaient envie de se divertir avec une bonne comédie de boulevard. Mal nous en a pris. La mise en scène de Bernard Menez manque autant d’entrain que de truculence. Les scènes n’en finissent pas de se traîner pendant presque deux heures. Les comédiens endossent des personnages stéréotypés, leurs répliques sont rarement drôles, voire parfois stigmatisantes (particulièrement lors de la scène autour de l’homosexualité).

Si certains ne donnent de leur personne pas plus que le minimum syndical, d’autres en font des tonnes tel Michel Guidoni. Est-ce pour apporter un peu de peps à cet imbroglio improbable qu’il imite de manière si caricaturale Louis de Funès ou Nicolas Sarkozy ? Ces derniers sont si éloignés de son personnage d’avocat spécialisé en droit pénal qu’il perd toute crédibilité dans son rôle avec la surdose de ses facéties qu’il réitère régulièrement jusqu’au tomber de rideau.

Même si le texte a été actualisé, l’interprétation qui nous en est donnée prête parfois à sourire, rarement à rire, souvent à l’ennui. Des spectateurs ont néanmoins apprécié la représentation.

Le regard d’Isabelle

DUOS SUR CANAPÉ
L’Alhambra
21 rue Yves Toudic, 75010   Paris
Jusqu’au 18 septembre 2022.