VU DU PONT – LES ATELIERS BERTHIER

vu_du_pont-affiche1♥♥♥♥ Pour qui aime le théâtre, le grand et beau théâtre qui fait battre le cœur et rester bouche bée deux heures durant, il faut aller voir « Vu du Pont » mis en scène par le belge Ivo van Hove aux Ateliers Berthier. Je rédige cette chronique tout en sachant bien que les dix dernières représentations affichent complet. Quelques places sont mises à la vente chaque soir. Il est possible de s’inscrire sur une liste d’attente. Il faut tenter sa chance.

Cette pièce d’Arthur Miller (A View from the Bridge, 1955) nous plonge dans le New-York prolétaire des années 50. Edie Carbone, immigré italien, travaille comme docker dans le port de Brooklyn. Avec sa femme Catherine, il a élevé la nièce de celle-ci, la jolie Katie (remarquable Pauline Cheviller) qu’il aime comme sa propre fille. Ou un peu différemment peut-être…L’arrivée de deux jeunes cousins italiens, Marco et Rodolfo (excellents Laurent Papot et Nicolas Avinée) venus illégalement en Amérique pour y trouver une vie meilleure et l’amour naissant de la jeune Katie pour Rodolfo basculera la famille dans le drame. Un drame social aux accents de tragédie antique qui questionne les lois de l’immigration et plus largement la place de l’individu au sein d’une communauté.

Ivo van Hove a fait le choix de s’affranchir totalement d’une reconstitution historique classique pour faire évoluer ses comédiens dans un bloc rectangulaire blanc sans décor ultra moderne et ainsi faire entendre le texte, rien que le texte ! Simplicité, pureté, limpidité : la mise en scène est envoûtante, la beauté sur le plateau étonnante, la direction d’acteurs remarquable. Chaque geste est pensé, chaque silence nourri avec la formidable sensation d’une tension qui monte inexorablement tout au long de la pièce jusqu’au drame final. Éblouissant casting emmené par le très convaincant Charles Berling dans le rôle titre qui sombre dans une folie incontrôlable-même si un peu trop « bobo » à mon sens dans la peau de cet ouvrier immigré -.   Le final est saisissant. Un bonheur théâtral pur et dur.  

Signé Elisabeth

VU DU PONT

Les Ateliers Berthier, 1 rue André Suares, 75017 Paris 

Jusqu’au 4 février 2017 • Du mardi au samedi à 20h, 15h le dimanche

Représentation exceptionnelle à 14h30 le samedi 4 février 2017

Crédit photos : Thierry Depagne 

vdp2017_depagne_1vudupont_depagne1vdp_2vdp2017_depagne_5vdp2017_depagne_6

vudupont_depagne2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s