CEUX QUI RESTENT – THÉÂTRE CLAVEL

♥♥♥ Annie, atteinte d’une maladie incurable, demande à son fils Étienne de l’accompagner en Suisse pour un suicide assisté. Parallèlement, celui-ci tombe amoureux de la belle Juliette…

Comment réagiriez-vous si votre mère malade vous demandait de l’accompagner en Suisse pour un voyage sans retour, un suicide assisté ? Comment revenir seul, sans elle, et appréhender le cours de sa propre existence après cela ?

Ceux qui restent raconte le voyage d’un homme qui accompagne sa mère en Suisse pour un suicide assisté et qui en reviendra seul. En parallèle, l’histoire de quelques jeunes gens pris dans le tourbillon de leurs amours et de leurs choix qui décideront de leur chemin de vie nous est contée.

Ceux qui restent est une comédie dramatique qui célèbre la vie. Elle parle d’amour, de tous les amours (couple, filial, amitié) et de la mort qui ne peut se contenter d’être un fardeau à porter au quotidien. Ceux qui restent aborde la fin de vie et le droit de choisir sa mort par suicide assisté.

Le texte de Camille Prioul est fin, sensible, plein d’émotion et aéré par de jolis temps de tendresse. La mise en scène de Camille Prioul, assistée de Cécile Ghrenassia, utilise bien l’espace dans un décor très sobre pour mettre en valeur le jeu des six comédiens – Tatiana Djorrdjevic, Pablo Gallego, Anne de Peufeilhoux, Camille Prioul, Karine Ventalon – et le chemin de vie des différents personnages. Le tout déborde de vie et d’amour, mais on regrette que les scènes relatant les débuts des deux histoires d’amour prennent le dessus sur les multiples questions passées sous silence autour du suicide assisté, comme on aurait aimé quelques scènes de la mère face à ses enfants partageant des souvenirs communs (seul son petit dernier à droit à quelques confidences) et elle les interrogeant sur leur projet de vie… après elle).   

Ceux qui restent, malgré les manquements dans l’écriture et le jeu un peu lisse des jeunes comédiens, invite à la réflexion sur les relations familiales, l’importance des choix à faire au cours de sa vie comme à l’orée de sa propre existence.

Le regard d’Isabelle

CEUX QUI RESTENT

Théâtre Clavel

3, rue Clavel, 75019 Paris

Jusqu’au 23 février 2023, puis au Festival d’Avignon 2023.

Crédits photo : David Bakhoum

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s