J’AI SI PEU PARLÉ MA PROPRE LANGUE – LE CELLIER (REIMS)

♥♥ Aujourd’hui, la Radio Amicale du Soleil, « la radio de tous les rapatriés d’Algérie », rend hommage à Carmen Sintès, figure emblématique de ce quartier de Cannes. Diffusée en direct et en public, l’émission rassemble autour de la présentatrice Rosa Crémieux plusieurs invités qui ont bien connu Carmen : Jeannine, sa meilleure amie depuis les années de jeunesse en Algérie et une invitée surprise, l’autrice Angèle Deriaut.

Durant plus d’une heure, Rosa et sa jeune chroniqueuse Mathilde se livrent à un travail d’enquête, déroulant le fil de l’histoire d’une femme prise dans les bouleversements du XXe siècle, des évènements d’Algérie aux premières revendications féministes. Plus encore, elles déroulent le ressenti d’une rapatriée parmi d’autres, Jeanine Renaud, la maman d’Agnès Renaud, la metteuse en scène. « Je n’en parle pas. Mais j’ai toujours le cœur gros d’avoir été pratiquement chassée de mon pays. […] Pour beaucoup de pieds-noirs, ça a été comme ça. Avec beaucoup de difficultés ils ont fait leur creuset. En France. Dans la mère patrie comme on l’appelait… » Sa famille d’origine espagnole était implantée en Algérie depuis 1850. « On était bien au soleil, on était heureux au soleil. On ne cherchait pas grand-chose. On ne cherchait pas une réussite parfaite. Notre réussite tu sais, elle est dans la famille. »

J’ai si peu parlé ma propre langue interroge la construction de l’identité, la fabrication des récits de l’Histoire à travers le parcours d’une femme d’une rive à l’autre de la Méditerranée et le vécu du deuil d’un pays et de ses racines comme du retour impossible vers sa terre natale.

Trois tables en demi-lune avec micros, sièges à roulettes jaunes, pour le studio de radio. Devant les tables, un espace semi-circulaire plus proche du public pour les discours du Général de Gaulle à Alger en 1958, les témoignages de Carmen Sintès ou les concerts de Stéphanie Palaccio, la Madonna des dancings sans oublier les flash-backs (scènes de plage 1960 en bikini…).

Née d’une écriture collective menée par Agnès Renaud et les comédiennes Marion Duphil-Barché, Pauline Méreuze, Diane Regneault, Flore Taguiev de la Compagnie L’Esprit de la Forge, J’ai si peu parlé ma propre langue  se veut être un retour sur l’existence bousculée par la grande Histoire d’une jeune fille émancipée depuis devenue mère.

Si la thématique est riche de promesses, on regrette qu’elle se perde aux confins de trop de longueurs et s’entremêle dans des digressions de second plan (tels les échanges avec l’autrice Angèle Deriaut). Néanmoins, ce spectacle est servi par des comédiennes talentueuses dans un décor et par une occupation du plateau fort séduisants. 

Le regard d’Isabelle

J’AI SI PEU PARLE MA PROPRE LANGUE

Les 15 et 16 mars 2022 à 19h30, le 17 mars à 10h & 14h et le 18 mars à 10h & 19h30 au Cellier à Reims. 

Juillet 2022 – Festival Off d’Avignon. 

Crédit photos : Laurent Nembrini

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s