MADAME ZOLA – THEATRE DU PETIT MONTPARNASSE

Affiche-Madame-Zola-définitive♥♥♥ Elle fut l’épouse d’Emile Zola et sa vie aurait pu faire d’elle une héroïne des Rougon-Macquart. Une très belle pièce rend hommage aujourd’hui à cette femme entière, passionnée, bafouée et injustement méconnue du grand public, elle qui vécut toujours dans l’ombre écrasante de son illustre mari. Elle s’appelait Alexandrine Zola.

Paris, 1908. Alexandrine Zola vient rentrer du Panthéon où les cendres d’Emile Zola, mort 6 ans plus tôt dans des conditions mystérieuses, ont été transférées. Arrivée chez elle, prise de toux, elle convie un apothicaire réputé pour ses potions révolutionnaires, Fleury, à venir la soigner. D’abord, sceptique, Alexandrine Zola, se laisse aller progressivement aux confidences et dévoile à son apothicaire de psychanalyste (!) les grands chapitres de sa vie : sa rencontre avec Zola, son ascension sociale, les amitiés qu’elle noua avec les grandes figures artistiques de son temps, comme Manet, les combats politiques qu’elle mena aux côtés de son mari, comme le célèbre « J’accuse » dans l’affaire Dreyfus, l’exil en Angleterre, la réhabilitation, l’accident mystérieux qui causera la mort de Zola mais dont elle réchappera.  Elle ne cachera rien non plus des épisodes douloureux de sa vie de femme: l’adultère de son mari avec leur ancienne lingère dont il eut 2 enfants, le combat courageux qu’elle mena pour leur faire porter le nom de Zola, ou l’évocation de sa petite fille, quasi mort-née,  qu’elle dût abandonner à sa naissance, faute de pouvoir l’élever.

Le duo Catherine Arditi/ Pierre Forest (déjà applaudi dans Edmond) fait proprement des merveilles. Admirablement dirigés par Anouche Setbon, la metteur en scène, ils sont d’une infinie justesse et incarnent leurs personnages avec ce qu’il faut de tempérament, de nostalgie, d’ardeur, de force, de fragilité, de tendresse et d’ironie. A noter la scène superbe où Catherine Arditi évoque l’abandon et la mort prématurée de sa fille, à diffuser dans toutes les écoles de théâtre ! La bonhomie tranquille  et l’humanité de Pierre Forest (quel acteur ! quelle voix !) qui lui fait écho fonctionne également merveilleusement bien. Un duo extrêmement efficace et attachant pour cette pièce historique sensible, superbement écrite par Annick le Goff, quoi qu’un peu desservie par une mise en scène trop sage à mon goût. Seul petit bémol d’un excellent moment de théâtre. A conseiller à tous les amoureux de pièces historiques et de grands duos d’acteurs. ♦

Signé Elisabeth

MADAME ZOLA 

Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaité, 75014 Paris (Metro Edgar Quinet)

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h

Crédit photos : J. Stey

J.STEY_MG_2354WEBJ.STEY_MG_2374WEBJ.STEY_MG_2590WEBJ.STEY_MG_2623WEB

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s