MADEMOISELLE JULIE – THÉÂTRE DE L’ATELIER

0x1200x20074-or♥♥ Malgré la présence de la belle Anna Mouglalis et l’interprétation solide de Xavier Legrand, je n’ai pas succombé au charme de « Mademoiselle Julie », actuellement au théâtre de l’Atelier, dont Julie Brochen signe une mise en scène trop sage et lisse à mon goût. 

Fin XIXe siècle, Irlande. Par une chaude nuit de la Saint-Jean, une jeune aristocrate Julie s’abandonne dans les bras de Jean, le valet de son père, sous le regard de Kathleen, l’une des servantes du domaine et fiancée de Jean. Après la conquête, c’est Jean finalement qui prendra le dessus face à Julie déchue et perdue. La nuit avance, quelle issue clôturera ce huis clos tendu et tragique qui questionne le rapport entre les sexes, la lutte des classes, la condition des femmes ? 

Une œuvre dense, forte, magnétique, née de l’imagination du dramaturge suédois August Strindberg et qui fait de « Mademoiselle Julie », maintes fois adaptée au théâtre et au cinéma, l’une des pièces cultes du théâtre moderne. Soulignons que l’auteur, quatrième d’une fratrie de huit enfants, est issu du mariage d’Oscar Strindberg avec sa domestique Nora Norling, et restera marqué par une enfance instable.

La comédienne et metteuse en scène Julie Brochen en tire une nouvelle adaptation qui n’a pas réussi à m’emporter. Un décor froid, nu, presque à l’économie, qui peine à nous transporter dans cette demeure patricienne de la fin du XIXe siècle. Mais surtout une direction d’acteur inattendue et un brin hasardeuse qui ne permet pas au public de sentir l’évolution psychologique des personnages. Ainsi, à peine entrée en scène, Anna Mouglalis/Julie semble déjà à moitié incontrôlable et son interprétation, linéaire, d’une jeune femme instable jusqu’à l’hystérie ne bougera pas d’un iota. Dommage, il aurait été plus intéressant de moduler ses intentions pour gagner en intensité et en émotion. Idem pour Xavier Legrand/Jean, excellent comédien au demeurant, qui peine aussi à nous convaincre dans le rôle de ce valet qui prend l’ascendant au fur et à mesure, tant il semble déjà sûr de son fait dès le début. Il manque aussi certainement dans ce rapport Eros-Thanatos une représentation plus charnelle, plus sensuelle des choses qui nous aurait davantage plongé dans la subversivité de l’œuvre, interdite en son temps pas les autorités suédoises. Une soirée en demi-teinte.

Signé Elisabeth 

MADEMOISELLE JULIE

Théâtre de l’Atelier,  1 place Charles Dullin, 75018 Paris (métro Anvers ou Pigalle)

Du mardi au samedi 19h, dimanche 15h (supplémentaire samedi 29 juin à 15h)

Jusqu’au dimanche 30 juin 

Crédit photos : Franck Beloncle

Reportage Pièce Mademoiselle Julie, mise en scène Julie Brochen avec Anna Mouglalis et Xavier LegrandReportage Pièce Mademoiselle Julie, mise en scène Julie Brochen avec Anna Mouglalis et Xavier LegrandReportage Pièce Mademoiselle Julie, mise en scène Julie Brochen avec Anna Mouglalis et Xavier Legrand

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s