LETTRES À NOUR – THÉÂTRE ANTOINE

vz-ddb398da-4b40-4d27-affd-e89bf5f3c034♥♥♥ Élevée par son père veuf, philosophe, musulman pratiquant, Nour disparaît un jour pour rejoindre à Falloujah (Irak) l’homme qu’elle a épousé en secret, lieutenant de Daech. Elle a 20 ans. Pendant deux longues années, s’établit entre eux une correspondance à la fois intime et politique, cruelle parfois, émouvante souvent, emplie d’amour toujours…

Le texte de Rachid Benzine (islamologue/politologue/écrivain/enseignant) est admirable, magnifique, bouleversant… Il démontre minutieusement les mécanismes de Daech pour son processus d’embrigadement de jeunes gens promis à une autre destinée que de mener une révolution théologico-politique à des milliers de kilomètres de chez eux. Parallèlement, il conte l’amour inconditionnel d’un père et de sa fille plus fort malgré les épreuves et l’éloignement.

Mais je reste sceptique par le choix d’une mise en scène absolument statique de Charles Berling et de l’auteur. Pourquoi avoir choisi pour essentiel élément de décor cette immense table rectangulaire qui occupe la totalité du plateau obligeant Eric Cantona et Nacima Bekhtaoui de rester assis pendant toute la lecture / spectacle ? Même si les mots de Rachid Benzine ont une force incroyable, même si le ton des comédiens est sensible et authentique, on aurait apprécié des déplacements, des regards qui se croisent, des mains qui se frôlent… On aura droit qu’à la lecture de lettres qui s’enchaînent les unes après les autres et à l’inertie totale des deux protagonistes, assis sur une chaise, chacun à un bout de la grande table.

Les précédentes distributions avaient adopté cette même mise en scène statique comme beaucoup d’autres spectacles à l’affiche ces dernières années (voir notre chronique « Lettres à Félice » au Théâtre de l’Atelier). Faut-il rappeler que la définition même du théâtre, c’est un texte mis en mouvement par le jeu des acteurs ? Sinon, cela s’appelle une lecture. Aussi, nous avons assisté à une belle lecture au Théâtre Antoine, certes, mais à une simple lecture néanmoins.♦

Le regard d’Isabelle 

LETTRES À NOUR

Théâtre Antoine, 14 boulevard de Strasbourg – 75010 Paris (Métro : Strasbourg-Saint-Denis)

Jusqu’au 29 décembre 2018, du mardi au samedi à 19h00.

Durée : 1h10

Crédit photos : Svend_Andersen

LETTRE_A_NOUR-78LETTRE_A_NOUR-6

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s